Raymond Matabosch

Carthage. Kart-Hadasht.

Il y a plusieurs Carthage sous les strates du temps.
La première fondée par une princesse venue de Phénicie, Elyssa-Didon fit entrer l'Afriq

Plus de détails

20470

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 156

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    13€80
  • PDF
    7€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

LIVRAISON
LIVRAISON
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de Raymond Matabosch

Découvrir Raymond Matabosch
Ses ouvrages
Résumé
Il y a plusieurs Carthage sous les strates du temps.
La première fondée par une princesse venue de Phénicie, Elyssa-Didon fit entrer l'Afrique dans la lumière de l'histoire.
La Carthage punique d'Hannon fut reine des mers, et celle d'Hannibal, maîtresse du monde, connut son heure de gloire, avant de disparaître.
Auguste bâtit la Carthage romaine pour être capitale de l'Africa proconsulaire, et la Carthage impériale qui lui succède honore les arts et les lettres.

La chrétienne de saint Augustin semble une cité exaltée autant par la religion que par les passions. Elle devient vandale pendant un siècle, puis byzantine avec Bélisaire.
Carthage sera enfin conquise par les Arabes qui l'abandonnent au profit de Tunis. Cependant elle demeura l'avant-poste vigilant de la nouvelle capitale. Des siècles durant, inexorablement, cette ville morte se dépouille, carrière de matériaux de construction pour Tunis et les villes de la Méditerranée. Elle se reconvertit ensuite en centre agricole réputé par ses productions.
L'établissement du protectorat français sur la Régence de Tunis permet a l'Eglise catholique de ressusciter le glorieux évêché de saint Cyprien. L'immense basilique qui se dresse au sommet de la colline de Byrsa, baptisée colline Saint-Louis, porte le témoignage de cette période révolue depuis l'indépendance du pays.

La ligne de chemin de fer qui relie la Goulette à la Marsa, en traversant le territoire de Carthage a entrainé l'urbanisation de ce secteur.
Ainsi, sur les débris de l'antique Carthage, s'est édifiée une Carthage moderne.
C'est en prenant conscience de la valeur de ce patrimoine, que la Tunisie moderne a résisté à la tentation de voir Carthage disparaître à jamais sous les constructions d'une banlieue résidentielle. Car tout n'est pas construit et une grande zone archéologique est sauvegardée et protégée en tant que parc national. Ces diverses Carthage, qui se sont succédées à travers l'histoire, se sont établies sur le même territoire, presqu'île avancée du continent africain au centre du bassin méditerranéen. Elles se sont installées face au rivage, puis se sont étendues vers les collines de l'intérieur. Elles se sont confrontées, complétées, et superposées sur le même sol: la romaine, sur les débris de la punique, et la moderne vibre encore de toutes les grandeurs et vicissitudes d'un prestigieux passé de 3000 ans !
Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Carthage. Kart-Hadasht.
Carthage. Kart-Hadasht.