Jusqu'au 30 Avril, profitez de 5€ offerts dés 10€ d'achats* avec le code : DECOUVERTE

Les élèves de 1ière GM1 - Vesoul

Le Cercle des footeux disparus

PREFACE

Ecrire, c'est d'abord oser écrire. Comment et pourquoi construire un texte quand on a choisi une filière où le français n'e

Plus de détails

11536

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 57

Impression : Couleur

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    13€13

13,13€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

LIVRAISON
LIVRAISON
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de Les élèves de 1ière GM1 - Vesoul

Découvrir Les élèves de 1ière GM1 - Vesoul
Ses ouvrages
Résumé
PREFACE

Ecrire, c'est d'abord oser écrire. Comment et pourquoi construire un texte quand on a choisi une filière où le français n'est pas a priori la priorité, où trouver l'impulsion quand on traîne derrière soi des années de disette lexicale, comment assumer des heures passées à choisir des mots quand les notes accumulées laissent le sentiment âpre de l'échec ? Que penser de ce cinglé qui débarque à la rentrée et qui proclame haut et fort, content de lui, que non seulement nous, les réfractaires à la littérature, nous allions apprendre par c??ur du Ronsard, du Saint-Amant, du Nerval et du Verlaine, mais qu'en plus, nous allions créer un livre ? Un livre' ! Pourquoi pas faire des phrases correctes tant qu'on y est ! Seize ans que je me bats pour ne pas appliquer les règles les plus élémentaires, pour envoyer bouler les accents et autre accord du participe passé conjugué avec l'auxiliaire avoir, pour enfermer à triple tour dans les oubliettes de la mémoire les mots de plus de deux syllabes, alors même que la victoire semblait proche, la ligne d'arrivée bien en vue, la dernière année de résistance amorcée, et il croit, lui, que je vais participer à' un livre ! Cause toujours'

Bien. Un peu de silence s'impose. L'écriture comme la lecture a besoin d'espace pour s'exercer, le calme d'avant le match. Revenons ensemble à quelques vérités que notre société semble avoir trop souvent oubliées.
Il est dangereux de s'exprimer pour deux mais j'ose affirmer que, Manu et moi, nous travaillons dans la conviction que la joie a besoin de l'entente du corps et de l'esprit pour voir le jour, que la connaissance n'est en rien réservée à une élite, que les plus grands textes n'ont pas été écrits pour une filière scolaire ou un arrondissement privilégié, que c'est par l'exigence qu'on obtient de grands résultats, qu'il n'y a aucune pertinence à opposer manuel et intellectuel, qu'on peut vivre la ferveur d'un match de foot puis se délecter, la nuit venue, à la lecture d'un bon roman, qu'aucune part de ce qui constitue la vie n'échappe à l'écriture, que le plaisir est bien plus savoureux lorsqu'il est précédé d'un effort, que la victoire sur le terrain vert ou face aux buts du langage nécessite une entraide salvatrice et réconfortante, que l'écriture et le sport demandent des qualités semblables, l'honnêteté, l'énergie, l'acceptation de ses qualités et défauts, que ce sont deux apprentissages parfois douloureux, parfois euphorisants, lesquels réclament endurance et ténacité, entraînements répétés dans l'attente de la confrontation aux autres - joueurs ou lecteurs - qui se fait, au final, confrontation à soi-même.
Emmanuel Daguet, c'est le contraire du cliché, c'est un sportif qui lit, qui réfléchit, qui médite, qui philosophe. Une culture physique et littéraire en somme. Quant à moi, je suis (en toute modestie !) le génie littéraire autoproclamé du siècle naissant et je fais semblant d'être sportif. Un duo prometteur en somme. Alors oui, organisons un match de football, rendons-les sensibles à leurs émotions, travaillons la focalisation, mettons en scène, alignons-les, filmons-les, photographions-les, rendons-les compléments d'objet direct, complémentaires, qu'ils se prennent pour des Zidane, des Pelé, des Rimbaud ou des Lautréamont, cessons de nous mentir, toute réalisation est d'abord une conception, une forme trouble de rêve éveillé qui décuple l'énergie et donne l'impulsion de frapper dans la balle pour faire se lever les foules et les phrases.

Ecrire, c'est donner de la voix et le livre devient tribune, c'est affûter ses stylos comme on chausse ses pointes, c'est mobiliser ses connaissances qui sont des équipiers fidèles, c'est inventer le geste inédit qui surprendra l'adversaire et le lecteur, c'est accepter l'effort pour la beauté du jeu, c'est faire le spectacle, s'égosiller de rage ou d'émerveillement devant une action ou une métaphore, c'est planifier ses idées, élaborer une tactique, faire le point, reprendre son souffle, maîtriser la peur de ne pas être à la hauteur, croire en soi. Ecrire, c'est doser subtilement la retenue et l'engagement, la réflexion et l'instinct, la tradition et la création, la répétition et l'innovation pour, dans un instant de grâce, accomplir le miracle inespéré et pourtant désespérément attendu d'un ballon propulsé au fond d'un filet, d'un récit projeté au fin fond d'autres entrailles.

Un jour, par hasard, dans dix ans, vint ans, peut-être plus, vous retrouverez, un peu jauni, poussiéreux, sur une étagère encombrée, cet ouvrage que vous aviez oublié. La tentation sera alors grande de l'ouvrir à nouveau, de redécouvrir ces mots qui étaient les vôtres et que vous aviez patiemment assemblés, ce langage qui depuis lors aura évolué, ces photos qui conserveront à jamais le souvenir des visages heureux, fatigués ou résignés, d'un matin glacial de l'année 2008. Vous retomberez peut-être alors sur ces phrases, et c'est votre passé avec ses naïvetés, ses espoirs et ses imperfections que vous vous prendrez en pleine face, dans le sentiment démultiplié que quelque chose a alors été accompli, que vous n'étiez pas si seul, un sentiment bizarre s'emparera alors de vous, sorte de nostalgie peut-être, amusement de l'adulte confronté à celui qu'il était alors, le temps aura passé, le corps ne sera plus le même, le regard sera mieux aiguisé, le c??ur davantage chargé, mais, quelle que soit alors votre vie, des voix et des visages familiers surgiront de l'oubli et, le temps d'une lecture, le cercle des footeux disparus se reformera'
Pascal Truchet
Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Le Cercle des footeux disparus
Le Cercle des footeux disparus