métamorphoses - Maxime Delettre

Plaisent aux dieux, les cruelles

Evald était un enfant du peuple, une touche de bleu dans un ciel bas, un mirage des terres incultes, une question sans réponses. Pourtant dans le sa

Plus de détails

9386

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 321

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    14€19
  • PDF
    4€99

- +

Ajouter à ma liste d'envies

LIVRAISON
LIVRAISON
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de métamorphoses - Maxime Delettre

Découvrir métamorphoses - Maxime Delettre
A propos de l'auteur
Pendant sept ans, j'ai contacté en vain plus de cent éditeurs. Peut-être faut-il penser que je n'ai pas ce talent que l'on prête à d'autres !! Mais que faut-il penser au juste ?

A toi Maître de séant, ministre plénipotentiaire d'un monde réformé, messie culturel de l'homme lobotomisé, je pose la question :

Que ne vas-tu pas introduire en ton temple le doux venin qui plaît aux dieux ? Mets le monde en musique et ne fait pas le sourd. Les muses cherchent un conducteur, non un censeur. Car, bien souvent hélas, le chiffre passe avant les lettres, et la censure est dans toutes les têtes. Certains éditeurs vont même jusqu'à se réfugier derrière le caractère inclassable de l'??uvre et tuent l'échanson. D'autres s'en approchent avec élégance pour mieux la circonscrire dans le piège insidieux de leurs réserves empruntées pleines de bons sentiments. En réalité, ils n'ont qu'une boutique à la place du c??ur, et pour tout ciel, un savant mélange d'orgueil. Alors, ne laisse pas les muses sans voix, ne crains pas le soma qui brûle les lèvres, réponds à l'écho des nymphes, et viens au sanctuaire de l'âme échappée de ta prison dorée, libérée de tout clivage. Viens en son espace intérieur que tu te plais à murer comme Troie. Ne laisse pas lettres mortes ce qui vient à la présence malgré toi. N'isole pas le monde de son potentiel merveilleux. Aussi, du monde, tu ne m'auras pas isolé, car je ne suis pas dérangé par cet ostracisme. Cependant, je ne peux me résigner la mort dans l'âme pour ne pas imposer à l'âme du monde le simulacre d'une manifestation libre et variée, jalouse de ses succédanés. A défaut de besoin, j'éprouve le désir de faire partager ce qui me semble être un apport destiné à ceux qui ne s'en laissent pas montrer par les critères surfaits d'un conformisme déluré.

Aussi j'espère ne choquer personne dans mes propos, car j'ai tant d'émotions que les mots ont la passion.

Résumé
Evald était un enfant du peuple, une touche de bleu dans un ciel bas, un mirage des terres incultes, une question sans réponses. Pourtant dans le sanctuaire de son âme, en son âme et conscience, l'étincelle divine d'Ixion prédisposait son âme au culte. En lui, un feu sacré avait élu foyer et confusément, il ne percevait de cette sensation intime que l'élection privilégiée. Depuis l'instant ou Evald eut la faculté de réaliser cette présence, jusqu'au moment privilégié où le mystère lui permit d'accéder à l'aube d'une compréhension toute primitive, il s'écoulerait peut-être vingt ans. Enfin s'ouvrirait la voie en laquelle l'âme libre et consciente prendrait son essor dans sa quête de sacré. Mais en attendant, les espérances disproportionnées de l'enfant ne tarderaient pas à être confrontées aux réalités plus humaines, sans que jamais ne s'installe le doute.
Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Plaisent aux dieux, les cruelles
Plaisent aux dieux, les cruelles