Lémuel Baudet

Poèmes du quotidien

Le quotidien, pourtant souvent prosaïque, peut se révéler une grande source d'inspiration.
Le but de ce recueil est de mettre en poésie les pet

Plus de détails

Lire le résumé complet Lire un extrait

50497

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Nb pages : 50

Impression : Noir et blanc

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    7€01
  • PDF
    5€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

LIVRAISON

LIVRAISON
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami

* Champs requis

Autour de Lémuel Baudet

Découvrir Lémuel Baudet

Ses ouvrages

Résumé

Le quotidien, pourtant souvent prosaïque, peut se révéler une grande source d'inspiration.
Le but de ce recueil est de mettre en poésie les petits soucis que nous rencontrons tous les jours, les interrogations qui nous viennent parfois lors de longues journées au bureau, pour montrer que la banalité peut aussi receler de la beauté et de la profondeur.
La plupart de ces poèmes ont d'ailleurs été écrits au bureau (entre midi et deux) pour capter l'ambiance du moment.
J'espère qu'il vous apporteront le sourire la prochaine fois que vous vivrez un de ces moments que nous sommes tant à partager, comme attendre son train, se dire qu'il faudrait arrêter de fumer, s'inquiéter pour sa retraite, ses impôts' ou entendre un collègue ronfler.

Ci-dessous un extrait :

Transport sans commun

Grelottant sur le quai bondé de voyageurs,
Sans compréhension pour la gêne occasionnée,
J'attends grégairement, comme à l'accoutumée,
Ce train irrégulier qui ne connaît pas d'heure.

Je n'entends plus la voix qui veut me remercier,
Comme tous les matins, pour ce flot de patience,
Qui n'est que l'opposé de cette impertinence
Des horaires fictifs qui nous sont indiqués.

Enfin la bétaillère arrive dans la gare,
Et les gens épuisés, tous K.O., tous au quai,
D'un pas morne et blasé, s'entassent en paquet
Jusque dans l'escalier, jusque dans les couloirs.

Et je reste debout, nulle place n'est libre.
Les sièges sont un luxe à jamais réservé,
Restreint aux usagers des stations éloignées.
Je dois me cramponner tandis que le sol vibre.

Voilà le quotidien des transports en commun.
Et si un jour enfin, après bien des années,
Je pouvais m'y asseoir, j'en serais chamboulé,
Soulevé d'une joie, d'un transport sans commun.

Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Poèmes du quotidien

Poèmes du quotidien