Salon du Livre de Paris 2020 : Retrouvez-nous du 20 au 23 mars prochain sur le stand G34 !

Chiara Catalina

Elles rient, mon amour, elles rient...

Seule dans la chambre froide, elle l’a d’abord prise en photo avec un polaroïd, la morte enfin morte. Vêtue d’une robe affreuse acquise pour deux sous

Plus de détails

215088

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Pages : 242

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    10€21

10,21€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Nos engagements
Nos engagements

Envoyer à un ami
Elles rient, mon amour, elles rient...
Elles rient, mon amour, elles rient...
Seule dans la chambre froide, elle l’a d’abord prise en photo avec un polaroïd, la morte enfin morte. Vêtue d’une robe affreuse acquise pour deux sous

Autour de Chiara Catalina

Découvrir Chiara Catalina
À propos de l'auteur
Née le 10 décembre 1966 en Normandie, agent du Ministère de la Culture depuis 26 ans. Actuellement en école d'architecture à Paris. Bac littéraire et études de langues à Grenoble. J'ai eu la chance de voyager très tôt : Hong Kong, la Thaïlande, l’Angleterre, le Canada, la Finlande, la Polynésie, etc... Ma route a croisé celle des amérindiens. Ils ont transformé ma vision du monde. Depuis, je marche sur un chemin "hors conventions", à la recherche de cet «ailleurs», vaste terre aux innombrables possibilités...Cinq romans : "Terraise", "Elles rient, mon amour, elles rient", "Mal au temps", "Soleil bleu" et "La pimbêche mal fagotée"."Elles rient, mon amour, elles rient..." a été nominé pour le prix concours de l'auteur indépendant Monbestseller 2019.En cours d'écriture : "Car si vous n'avez pas entendu parler d'elle..."
Résumé
Seule dans la chambre froide, elle l’a d’abord prise en photo avec un polaroïd, la morte enfin morte. Vêtue d’une robe affreuse acquise pour deux sous chez Tati, blême, transie, dure comme du bois, une gourde pétrifiée dans sa caisse.
Jouissif ?
Incroyablement jouissif.
Le cliché a séché, elle l’a mis dans une enveloppe timbrée, destination l’enfer.
Si tu crois que je ne vais pas la poster, ma vieille, tu rêves !
Puis elle l’a fixée longuement. C’était la première fois que la présence de cette femme ne l’indisposait pas. La paix. Enfin.
Ce que j’aimerais voir ta pauvre tête quand tu rendras des comptes !
Parce que des comptes, tu vas devoir en rendre.
Ah ! Une dernière chose avant de t’oublier pour toujours…
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Elles rient, mon amour, elles rient...
Elles rient, mon amour, elles rient...