Frédéric Mathieu

Jamais sans ma Novlangue !

Nous parlons sans penser bien plus souvent que nous le voudrions ; bien plus souvent que nous le pensons ou voudrions le penser. Car les mots pensent

Plus de détails

114690

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 614

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9791092895117

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    16€86
  • PDF
    3€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Jamais sans ma Novlangue !
Jamais sans ma Novlangue !
Nous parlons sans penser bien plus souvent que nous le voudrions ; bien plus souvent que nous le pensons ou voudrions le penser. Car les mots pensent

Autour de Frédéric Mathieu

Découvrir Frédéric Mathieu
Ses ouvrages
Résumé
Nous parlons sans penser bien plus souvent que nous le voudrions ; bien plus souvent que nous le pensons ou voudrions le penser. Car les mots pensent à travers nous, à la fois source et terme (en tant que « terme ») de notre réflexion. Par quoi nous comprenons que les mots se payent de nous lorsque ce n'est pas nous qui nous payons de mots. Si l'on peut concevoir ainsi les mots comme l'analogue immatériel de la « devise » qui règle les échanges entre les hommes, on concevra sans peine que le pouvoir réel n'est autre que celui de « battre monnaie » : celui de forger les mots. S'il faut que les mots soient le régulateur de l'échange des idées (de même que la monnaie physique serait celui de l'échange des biens), alors le véritable enjeu de la domination consistera nécessairement dans la maîtrise du processus de façonnement et de circulation des mots. C'est à rendre visible l'invisible et conscient l'inconscient qu'ils véhiculent que nous consacrons les présentes 2100 notices, classées par ordre alphabétique. C'est à faire apparaître comment s'impose la langue de la domination ; comment dénouer les n??uds qu'elle tisse ; comment reprendre le contrôle de nos pensées pensées par le langage que nous consacrons ce dictionnaire. Afin, d'abord, de nous souvenir qu'un débauchage massif n'est pas un « plan social », une grève dans les transports une « prise d'otage » ni une décharge publique un « espace propreté ». Ensuite, autant que faire se peut, de redéfinir les formes d'un discours de contestation qui ne s'autodétruise pas en ressassant les abstractions et les concepts qu'il est censé combattre.
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Jamais sans ma Novlangue !
Jamais sans ma Novlangue !