Véronique AUDELON

Lettres d'un Poilu

Henri est appelé sous les drapeaux en 1918, l’année de son vingtième anniversaire et part pour le 123e régiment d’infanterie de La Rochelle.
Il va co

Plus de détails

163843

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 108

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782953290424

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    8€00

8,00€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Lettres d'un Poilu
Lettres d'un Poilu
Henri est appelé sous les drapeaux en 1918, l’année de son vingtième anniversaire et part pour le 123e régiment d’infanterie de La Rochelle.
Il va co

Autour de Véronique AUDELON

Découvrir Véronique AUDELON
Ses ouvrages
Vous aimerez aussi
Résumé
Henri est appelé sous les drapeaux en 1918, l’année de son vingtième anniversaire et part pour le 123e régiment d’infanterie de La Rochelle.
Il va commencer à correspondre avec sa famille, racontant son quotidien de soldat, demandant des nouvelles des parents et amis restés dans sa belle région qu’il aime tant.

Porté disparu à la bataille de Soissons, prisonnier dans un camp en Allemagne, il ne reverra jamais les siens, ni sa fiancée.

Quelques mois de la vie d’un jeune soldat de vingt ans, mon grand-oncle Victor (dit Henri) TAVERNIER.
Vos avis
5 étoiles 2
4 étoiles 0
3 étoiles 0
2 étoiles 0
1 étoiles 0
Moyenne des avis : (Pour laisser un avis, vous devez être connecté)

Monyclaire
(sauvegarde de l'ancienne version du site)
Il s'appelait Victor et c'était le grand-oncle de Véronique Audelon. Il avait vingt ans lorsqu'il fut appelé sous les drapeaux. Véronique a réuni toutes les lettres échangées alors, jusqu'à son silence...
C'est avec un profond respect que j'ai lu ce témoignage. Respect pour cet homme, pour tous ces hommes dont il est dit qu'ils sont" morts pour la France"...Ma colère était là, aussi. Si seulement l'histoire en avait tiré une leçon, si seulement cette guère atroce avait réellement été la " der des der", si seulement leurs morts n'avaient pas été inutiles.
Dans ces lettres, le récit d'un quotidien devenu banalité, des mots légers qui se veulent rassurants, allégés par la censure. Et c'est justement tous ces non dits, ces silences que l'on devine qui sont terrifiants.
C'étaient des hommes, des frères, des maris, des fils, des fiancés. Ils ne sont pas revenus.
Merci à Véronique pour nous avoir permis de partager ce témoignage.

    M. De Rodrigue
    (sauvegarde de l'ancienne version du site)
    LETTRES D'UN POILU n'est pas un livre comme tous les autres !
    Quand on ouvre ce livre, qui n'est pas exactement un livre mais.... une page de la vie d'un jeune homme de 20 ans , on en tremble d'émotion et quand on referme ces pages, c'est avec un immense respect et un pincement au coeur pour ce jeune , si jeune Poilu qui est parti la fleur au fusil pour défendre son, notre pays alors que l'attendait l'enfer dans les tranchées.
    Henri Tavernier, jeune soldat de 20 ans est envoyé dans cette effroyable boucherie que fut 14-18.
    Les courriers qu'il adresse à sa famille ne sont que tendresse et pourtant combien ces lettres sont terribles, parceque le jeune Poilu ne dit pas... probablement à cause de la censure de la Grande Muette !
    Mais combien ces non-dits : angoisse, souffrance, peur, famine, transpirent à travers les mots, les lignes...
    C'est un très bel hommage que La Petite Fée rend à ce membre de sa famille qui est d'autant plus émouvant qu'il est accompagné des documents de l'époque.
    Tout mon profond respect et mes remerciements à ce, ces poilus qui se sont battus, sont morts pour nous.
    Merci Petite fée !
    Amicalement votre.

      Donnez votre avis
      Lettres d'un Poilu
      Lettres d'un Poilu