Frédéric Mathieu

Planète des Signes

Le monde pénètre en l'homme autant par le regard que par les signes. Les mots ne sont pas seulement des abstractions commodes qui lui permettent de di

Plus de détails

115464

Reliures : Dos carré collé

Formats : 12x18 cm

Pages : 122

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9791092895100

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    7€44
  • PDF
    3€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Planète des Signes
Planète des Signes
Le monde pénètre en l'homme autant par le regard que par les signes. Les mots ne sont pas seulement des abstractions commodes qui lui permettent de di

Autour de Frédéric Mathieu

Découvrir Frédéric Mathieu
Ses ouvrages
Résumé
Le monde pénètre en l'homme autant par le regard que par les signes. Les mots ne sont pas seulement des abstractions commodes qui lui permettent de dire, d'entendre et de répondre (« donner, recevoir, rendre », pour en revenir à la triade de Mauss) ; ils sont ce par quoi l'homme accède au monde ; ils sont son interface et le canevas de son expérience du monde. Ce n'est pas là dire autre chose que la langue est un organe ' littéralement et analogiquement ' avant d'être un outil : organe de perception d'une réalité en partie structurée par le sujet actif, et non pas réceptacle d'idées sensibles et de notions brutes universelles. Nous façonnons le monde à la mesure de nos dialectes.

Orwell nous a appris à nous défier des idéologies et des valeurs que sécrètent sourdement ces langues. Il y avait lieu de pousser la réflexion encore plus en amont. Restait encore à faire valoir que la structure ' et non seulement la sémantique ', que la syntaxe même des différents idiomes est déjà le reflet d'une vision politique et d'une ontologie. « Ontologie d'objet » et « d'événement » génèrent des univers irrémissiblement distincts. Quant au français dont nous usons, rares sont les analystes à l'avoir mis à jour en tant qu'intrinsèquement dépositaire d'un « ordre » hiérarchique, de facture monarchique, essentialiste : le verbe a ses « sujets », et ces sujets leurs « compléments », leurs « attributs », etc. ; certaines propositions sont dites « subordonnées », etc. « Rôles » et « fonctions » se hiérarchisent, les « noms » se répartissent en « genres », etc.

Ce bref essai a pour objet de dégager ces impensés qui sont, pour la pensée, autant de déterminations. L'occasion d'apprécier, dans une perspective philosophique, jusqu'à quel point une langue particulière peut procéder à son autocritique.
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Planète des Signes
Planète des Signes