Yolande EGYED

Tuez-moi mais ne me haïssez pas

Nice, la Riviera, le joyau de la côte d’Azur, réputée pour son art de vivre, sa dolce Vita, et ses villas de luxe, connaît un taux de criminalité très

Plus de détails

192314

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 142

Impression : Noir et blanc

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    6€90
  • PDF
    4€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Tuez-moi mais ne me haïssez pas
Tuez-moi mais ne me haïssez pas
Nice, la Riviera, le joyau de la côte d’Azur, réputée pour son art de vivre, sa dolce Vita, et ses villas de luxe, connaît un taux de criminalité très

Autour de Yolande EGYED

Découvrir Yolande EGYED
À propos de l'auteur
Yolande EGYED, écrivain installée à Nice (06), est l’auteur de deux romans. Le premier - L'Instant Duel...- est salué par le public et la critique : « ce roman est bouleversant de sincérité et transcendant de poésie. On aime l’écriture honnête et la leçon de vie que l’on peut en tirer ». Paris Frivole. « Nous notons les qualités indéniables de votre roman, à commencer par un style maîtrisé et fluide. » Editions Héloïse D’Ormesson. « Ce roman émet le rêve d’hommes et de femmes qui s’appréhendent au sein d’une pleine harmonie et complète égalité ». LUXSURE Pour son deuxième opus, l’auteur décide d’explorer les affres insondables d’un tueur en série, et de livrer sa vision intime du passage à l'acte, ce qui pousse une personne lambda dans l'horreur. La fameuse phrase "gâchette" qui provoque la réaction en chaine, sans moral ni jugement de valeur. De quoi vous glacer le sang et frissonner à loisir.
Résumé
Nice, la Riviera, le joyau de la côte d’Azur, réputée pour son art de vivre, sa dolce Vita, et ses villas de luxe, connaît un taux de criminalité très bas au regard des dernières statistiques. Jusqu’au jour où l’inspecteur Grégory Lopez découvre le cadavre, horriblement mutilé mais exécuté avec dextérité, d’un célèbre homme d’affaires, looké hipster, gisant face contre terre. Une macabre série d’amputations commence visant invariablement tous les mois un trentenaire, relevant de l’impôt sur la fortune. Œuvre d'un fou ? Rituel satanique ? Il faut le flair de l’inspecteur Lopez et de sa « patronne » le commissaire Yasmina Avatariah, pour comprendre que cette sinistre mise en scène annonce une suite.
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Tuez-moi mais ne me haïssez pas
Tuez-moi mais ne me haïssez pas