Christian RIQUELME

Christian RIQUELME

BIOGRAPHIE


« Je suis né à Remchi, à Montagnac, en Algérie, le 1er juillet 1955. J’en suis parti six ans plus tard. À cet âge-là, le plus souvent, la mémoire, dans la peau, a déjà bien imprimé. Moi je n’ai rien gardé, hormis les films en huit millimètres que mon père a tournés et ces anecdotes que j’ai pu glaner, sorte de puzzle improvisé. »

De retour d’Algérie, nous débarquons à Arinthod, petit village du Jura. Je file direct en primaire puis, en septembre 1966, je finis interne au collège, avec, tout là-haut, cet homme lubrique vêtu de noir que nous appelions le Corbeau. Pas de chance, pas de pot.

Après le bac, je me jette à l’eau. Mon parcours professionnel débute en janvier 1975, au Ministère de l’Équipement. Puis, concours après concours, je franchis les étapes du combattant du service public. Grenoble, Lille et, enfin, en 1990, je gagne mon bâton de maréchal grâce au premier concours national d'administrateur territorial, promotion « Paris Locaux ». Se multiplient alors mes aventures passionnantes, au service du territoire et de ses habitants, à la tête d’équipes d’exception, en Ardèche, Paris, Nantes et Besançon.




RÉSUMÉ

Retour à Besançon.

Mon témoignage, intitulé « Je n’ai aimé que nos batailles », clin d’œil à Genet, Aymé, Queneau, Bataille, comprend deux parties.

La première se déroule en 2019. Elle débute par mon admission, dans le coma, au Centre hospitalier régional universitaire de Besançon, le samedi 23 février. Elle s’achève le 14 octobre 2019, jour de l’enterrement. Extraordinaire et surréaliste, elle est portée par « L’Art poétique » et l’écriture automatique. Elle combat le mal à fleur de peau et se perd entre les mois et les mots, les leurres et les secondes.
Intitulée « Je suis en vie », elle porte mon nom : Christian Riquelme.

La seconde couvre 2014 et 2015, correspondant aux deux premières années de mon incarcération au niveau G de l’hôtel de Grammont, à Besançon, dans ce bureau 210 que je ne quitterai plus... Jamais plus, dirait Edgar Poe dans « Le Corbeau ». Elle remonte jusqu’à « La Nuit des temps », et s’achève le 4 septembre 2015, à 944 heures.
Intitulée « Je suis envie », elle est signée de mon pseudonyme : Henrique Listi, anagramme tronquée de Christian Riquelme, puisqu’en ont été retirées les quatre lettres de Marc.

En quelques mots

À quel âge avez-vous commencé à écrire ? 30 ans
Quel est votre auteur préféré ? Edgar Allan Poe
Quel est votre style littéraire préféré ? Roman surréaliste

Les livres de l'auteur

Cet auteur n'a pas publié de livre pour le moment.