Gaston Forcet

Les Mots de Jouvençon

Jouvençon est une petite commune de Saône-et-Loire, située sur les bords de la Seille, à distance à peu près égale de Tournus et de Louhans. El

Plus de détails

55188

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 186

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    12€50

12,50€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison
Livraison
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de Gaston Forcet

Découvrir Gaston Forcet
Ses ouvrages
Résumé
Jouvençon est une petite commune de Saône-et-Loire, située sur les bords de la Seille, à distance à peu près égale de Tournus et de Louhans. Elle fait partie du canton de Cuisery et de l'arrondissement de Louhans. Comme toutes les communes avoisinantes, elle avait son patois, qui est maintenant sorti de l'usage et n'est plus su des jeunes générations. Il était donc important, avant qu'il ne soit complètement effacé des mémoires, d'en réunir les traits principaux, quelle que soit par ailleurs la valeur qu'on accorde à ce type de langage.
L'auteur procède à une étude phonétique suivie d'un développement sur les formes grammaticales de ce patois. L'ouvrage se termine par un lexique de plus de 1000 mots...

« LA DEFENSE DES PATOIS
Tout d'abord, l'usage du patois est-il réellement un obstacle à la bonne acquisition du français'? Cela n'est pas sûr.
Dans le roman 'Marie des autres' (Roman d'Yves Sandre, Editions du Seuil 1964) on reconnaît sous les traits d'un des personnages principaux, l'instituteur SANDRE, qui fut longtemps en poste à Ormes, à la belle époque.
A l'occasion d'une inauguration, il porte un toast et déclare : '... l'arrondissement de Louhans occupe le premier rang pour l'instruction en Saône-et-Loire... nous n'avons que trois pour cent d'illettrés parmi les conscrits...'
On sait que la région de Louhans était fortement patoisante... Cela se passait en 1892.
Il n'y avait donc pas d'inconvénients à parler patois en famille ou entre amis, et pour les activités plus générales à se servir de la langue nationale, qui n'en souffrait nullement. D'ailleurs, les patois ne constituaient-ils pas le terreau dans lequel le français plongeait ses racines'? »
Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Les Mots de Jouvençon
Les Mots de Jouvençon