LiliL

LiliL

Il y a des mots que nous aimerions bannir de notre langage comme, obsèques! Tombeaux! Défunts! Veufs! Orphelins! Chagrins!...

Le deuil se porte comme le plus lourd des fardeaux, s'entourant de silence et de doute. Alors, ouvrons notre porte, laissons entrer le soleil, afin d'eclairer, notre esprit, et mettre un nom sur notre chagrin.

Le livre "Les oiseaux de mai" est le symbole des morts, de l'amour qu'ils portent et des réponses qu'ils donnent.

Ma vie est comme celle de tout le monde, avec le soleil, les montagnes et les défunts en plus! LiliL.

Vous aimerez aussi