Thomas Hubart

Thomas Hubart

Je souffre du syndrome d' « Obélix », autrement dit, je suis tombé dans l'univers de la bande dessinée quand j'étais petit à cause de, ou plutôt, grâce à mes parents qui étaient libraires à ma naissance et durant une bonne partie de mon enfance.

J'ai appris à lire et à écrire à travers la BD, il ne m'en a alors pas fallu plus pour nourrir une passion inconditionnelle pour le 9e Art'

Celle-ci a d'ailleurs orienté mes choix de vie, je suis devenu professeur d'Arts Plastiques dans l'enseignement secondaire en Belgique. Les études que j'ai suivies sont certes dans le domaine artistique mais elles ont surtout contribué à faire de moi un pédagogue et non pas un artiste.

Cette profession est source d'un grand épanouissement, elle me permet d'associer mes deux principales passions qui sont l'art et l'envie d'enseigner.

Mais malgré cet épanouissement professionnel, la passion que je nourris pour la BD est plus forte au point de m'essayer à cet art.

On peut dire de mon dessin qu'il est dans un style « semi-réaliste ».

Très librement inspirés de mon quotidien, mes personnages et décors sont issus de la réalité mais sont représentés selon l'image mentale, le souvenir que j'ai d'eux. Cela me permet d'ajouter une certaine fantaisie à mon récit et surtout d'avoir une très grande liberté d'interprétation.

Vous aimerez aussi