Ange Delamaure

Ange Delamaure

Mon travail est traversé par une quête identitaire et des préoccupations mystiques. Je manipule des images de mon quotidiens, souvent lié à des communautés comme les « Métalleux », les « geek », les « chrétiens » etc... Ou tout simplement liés à mes attirances et mes histoires sentimentales personnelles.

Les figures ou les histoires que j’utilise sont souvent issues de mythes, parfois universels, parfois personnels. Le mythe est un prétexte pour parler de passions (amour, peur de la mort etc…). A travers des lectures sur l’histoire des religions et les mythologies (Julien Jerphagnon, Mircea Eliade, Paul Ricoeur etc...) je comprends le mythe comme un véhicule fictif qui permet de questionner le réel, et c’est comme tel que je j’essaye de l’utiliser.

L’errance, les fantômes et la quête identitaire sont des sujets que j’affectionne. Mais surtout j’aime raconter des tragédies. L’idée que le sort puisse s’acharner, comme une mystérieuse force universelle qui nous dépasse, et nous entraine inexorablement vers notre fin par le prisme du temps.