Michel Gautheron

Brumes sur l'Heureuse

Cela sonnait mal et n'eût sans doute guère flatté les représentations imaginaires du lecteur, mais ce livre aurait pu s'intituler Déceptions. Les

Plus de détails

124450

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Pages : 276

Impression : Noir et blanc

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    9€46
  • PDF
    3€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison dès 0.01 €
Livraison dès 0.01 €
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Brumes sur l'Heureuse
Brumes sur l'Heureuse
Cela sonnait mal et n'eût sans doute guère flatté les représentations imaginaires du lecteur, mais ce livre aurait pu s'intituler Déceptions. Les

Autour de Michel Gautheron

Découvrir Michel Gautheron
Ses ouvrages
Résumé
Cela sonnait mal et n'eût sans doute guère flatté les représentations imaginaires du lecteur, mais ce livre aurait pu s'intituler Déceptions. Les gens de mon âge appartiennent à une génération déçue. Grandis peu après le conflit mondial, nous portions de vives espérances. Pour les réaliser, nous avions confiance dans nos guides syndicaux ou politiques, nous avions confiance dans la volonté du plus grand nombre de mettre fin aux conflits entretenus par les impérialismes, confiance dans la dénonciation de plus en plus partagée de l'apartheid ou des ségrégations, confiance dans une quête de l'amour vrai et libre, affranchi des craintes et des contraintes de la procréation ; et confiance dans les voix que nous faisions entendre, surtout, ces voix jeunes qui parlaient autrement le monde, et que la société entendait enfin.
Nous avons vécu la désillusion comme une longue maladie dont nous portons les séquelles.
Ce livre ne veut pas faire entendre une plainte. Au demeurant, ma génération a connu de belles heures d'espoir, ce qui n'est pas le partage de la jeunesse aujourd'hui. Où, ailleurs qu'en eux-mêmes, nos jeunes trouveraient-ils les raisons d'une foi ?
Une tragédie, sauf pour l'historien, n'est jamais collective. Le romancier et le dramaturge, pour toucher le lecteur ou le spectateur de la grâce du pathétique, ignorent la fresque au profit du portrait. Je donne à voir ici, sur le fond de la désillusion générationnelle, les déceptions intimes d'Elise et d'Etienne. Là s'écrit le roman de l'amour fondamental : aux modèles que propose à nos jugements la société s'opposent ou s'associent ces autres modèles qui nous influencent davantage peut-être, perçus confusément dans l'amour de ceux qui nous sont proches ' ou dans le devoir que nous nous représentons (jusque dans le renoncement, la révolte ou la haine) de cet amour. Brumes sur l'Heureuse entreprend de sonder, chez Elise et Etienne, un creuset possible de nos valeurs.
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Brumes sur l'Heureuse
Brumes sur l'Heureuse