Béryl DAVID

ENTRE DEUX EAUX

Vous tenez dans les mains le récit de 39 jours de bonheur, de galère, d'émerveillement, de fatigue, de peur, de rires, d'euphorie, de vertige, de pleu

Plus de détails

211535

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 204

Impression : Noir et blanc

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    9€00

9,00€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison dès 0.01 €
Livraison dès 0.01 €
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Nos engagements
Nos engagements

Envoyer à un ami
ENTRE DEUX EAUX
ENTRE DEUX EAUX
Vous tenez dans les mains le récit de 39 jours de bonheur, de galère, d'émerveillement, de fatigue, de peur, de rires, d'euphorie, de vertige, de pleu

Autour de Béryl DAVID

Découvrir Béryl DAVID
À propos de l'auteur
Cet auteur n'a pas de description
Résumé
Vous tenez dans les mains le récit de 39 jours de bonheur, de galère, d'émerveillement, de fatigue, de peur, de rires, d'euphorie, de vertige, de pleurs, de colère, d'ivresse, de plaisir. Surtout le plaisir.
La traversée des Pyrénées fait partie de ces expériences qui procurent une overdose d'émotions. Les coucher sur le papier pour les partager représentait un défi, une dernière montagne à franchir.
Voici le résultat.
Soyez prévenu qu'en ouvrant ce livre, une graine peut tomber, à son tour, sur un terreau fertile.
Le GR10 n'attend que cela.
Avis des lecteurs
5 étoiles 0
4 étoiles 0
3 étoiles 1
2 étoiles 0
1 étoiles 0
Moyenne des avis : (Pour laisser un avis, vous devez être connecté)

Le marcheur

D’un pas l’autre, en avant, dans les herbes hautes
Ou sous les arbres qui lui font la révérence,
Et ces butineurs qui doucement dansent
Dans un silence d’une aura qu’il sirote.

Le corps enveloppé avec une vie sur le dos,
Le marcheur avance avec des pas jamais perdus
Vers ce chemin ourlé de souvenirs, de songes assidus
Pour illuminer d’étoiles tous ces vieux fardeaux.

Fendre le sol pour se sentir encore plus léger,
Le marcheur embrasse l’air au parfum agreste,
La besace bien chargée avec pour unique lest
Ces démons que la solitude tue d’une larme affligée.

Puis au pied d’une montagne se révèle un arc-en-ciel,
Les yeux embués de beautés irisées et vaporeuses,
Le marcheur apprend l’humilité contagieuse,
Pour gravir les cimes de cette vie drapée d’essentiels.

Païen, paysan, berger, puis loup, ours, biche, fourmis,
Le marcheur revêt des oripeaux à chaque émotion,
Le regard aiguisé telle la flamberge de la passion,
Il marche sur les traces de ce doux passé engourdi.

FD 8 mai 2019
Pour mon frère, et ce carnet de voyage d'une marche qui élève, un voyage si bien croqué par les mots et les émotions.

    Donnez votre avis
    ENTRE DEUX EAUX
    ENTRE DEUX EAUX