Lauriston Yrvin

L'Argent : Une Cathédrale de Nuages

INTRODUCTION :
Dans ce monde agrémenté, orné et enjolivé d'hypocrisie, de coquinerie et de mesquinerie, bien des trucs vitaux de l'existenc

Plus de détails

104382

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 60

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    11€03
  • PDF
    6€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
L'Argent : Une Cathédrale de Nuages
L'Argent : Une Cathédrale de Nuages
INTRODUCTION :
Dans ce monde agrémenté, orné et enjolivé d'hypocrisie, de coquinerie et de mesquinerie, bien des trucs vitaux de l'existenc

Autour de Lauriston Yrvin

Découvrir Lauriston Yrvin
Ses ouvrages
Résumé
INTRODUCTION :
Dans ce monde agrémenté, orné et enjolivé d'hypocrisie, de coquinerie et de mesquinerie, bien des trucs vitaux de l'existence ne sont pas timbrés et exempts de tabous, de stéréotypes, de clichés. Toutefois, l'amour, le sexe et l'argent pour n'évoquer que ceux-là ne sont pas épargnés du lot des interdits imposés lâchement et honteusement par la société mais qui sont indispensablement des quintessences et des aromates inconditionnelles de l'aventure tellurienne. Personne ne peut s'en passer même si on se feint de rester un petit peu à l'écart par souci de se montrer moraliste et conformiste sournoisement.
Ainsi cet opuscule intitulé « L'Argent : Une Cathédrale de Nuages » peint le triste tableau de notre quotidien d'une façon minutieuse en vue de faire la part des choses. Il présente la réalité vivable et celui de l'argent qui joue un rôle moteur dans l'évolution sociale de tout peuple, de toute société et de toute nation d'une façon ou d'une autre. Certains perçoivent l'argent comme un permis de vivre, de subsister, de se faire un nom, des rangs sociaux, une noblesse. D'autres le voient comme un mystère, un pouvoir, un commandant ; celui qui fait, qui donne, qui ordonne, qui fixe, qui change, qui transforme, entre autre une cathédrale de nuages etc. Quoi que l'argent constitue chaque jour la boussole économique de la survie aucune, il ne se laisse pas surprendre pour plus d'un comme une chose sale que l'on devrait s'en débarrasser, une ambigüité qu'il est difficile à décrire. Pour d'autres, c'est lui qui est responsable des maux et des plaies du consortium, de la société agencée ou projetée.
En dépit de tout ces phototypes, ces banalités, ces négatons face à l'argent : Est-il vraiment responsable des méfaits, des forfaits, des récidives, des dégradations de l'être humain ? Est-il bon ou mauvais en soi ? N'y a-t-il pas aucun impact positif ? En effet, ce bouquin tient à débusquer les faits en réaliste en vue de sacraliser que l'argent n'est pas mauvais ni bon en soi, c'est l'utilisation qu'on en fait qui est mauvaise. L'argent n'a rien fait de mal puisqu'il contribue à la pérennité de toute et chacun et, est vu comme un patrimoine économique de l'humanité pendant toute la vie terrestre. C'est donc un moyen d'échange et une simple énergie nous permettant d'apprécier et de vivre de la production de l'autre et de nous même en nous gratifiant pour les services rendus de par et d'autres'Quid de son rôle'? Quid de son importance ? D'où, une basilique ou abbatiale truffée de cumulus'

Extrait du premier chapitre:
...La plupart des gens du monde sont des suiveurs et guetteurs, de véritables fantoches ou marionnettes se résidant sur la bonne foi d'autrui ; contre leur gré, ils suivent irrésistiblement l'exemple d'autrui, imaginant qu'ils ne peuvent penser, voir ou faire autrement ; ignorant que le choc des idées fait jaillir la lumière. Ils sacrifient leur droit sacré d'avoir des idées différentes que celles des autres et que les leurs pourraient être sources de grands changements innovateurs. Ils s'accommodent toujours soit du conformiste ou conventionnaliste puisque tout ce qu'on accepte et admet pour vrai ici-bas ; on s'y met d'accord soit par convention, par protocole, par compromis ou par le fait de ne se faire montre différent des autres par conformité.
La vérité est relative, proportionnelle et il n'y a pas de vérité absolue, hégémonique, dictatoriale, tyrannique, souveraine et despotique. C'est une idiotie, une bévue, une niaiserie, une ânerie et une sottise de dire qu'on a la vérité mais de préférence qu'on a trouvé une vérité puisqu'il y a plusieurs vérités sous ce ciel bleu. Et ce qui est véridique ou parait véritable pour l'un n'est pas forcément vrai pour l'autre et vice-versa'Et, ce qui est ou que l'on prend pour vrai aujourd'hui peut s'être révélé archi-faux demain'
Cependant dans ce monde bourré, garni, truffé et bondé d'hypocrisie et de mesquinerie, tant de choses demeurent une ambigüité à en parler et à décrire. Le sexe, l'amour, l'argent, ne sont pas exempts de tabous mais sont des essences, quintessences, arômes de la vie et de l'existence.
Dans notre civilisation, dans notre culture ou dans notre société contemporaine, l'argent est une ambigüité, une chose sale que l'on ne veut en parler. Souvent on dit : « l'argent ne fait pas le bonheur ». L'argent est une malédiction, un mal nécessaire tout comme la religion en est aussi. L'argent ne fait pas le bonheur certes, mais il rend le malheur confortable. « Là où est ton trésor est ton c??ur ». « Quand on est né pour un petit pain, on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre ». « L'argent ne pousse pas dans les cailloux ». « L'argent est du diable ». L'argent c'est du sang ». Tous ces poncifs, ces banalités, ces stéréotypes, ces clichés face à l'argent peuvent avoir une conséquence psychologique inconsciente bien souvent qui nous éloigne de l'argent et empêche sa manifestation dans notre vie. Celui qui peut se raisonner valablement, noblement dirait plutôt : « L'argent est une simple énergie, un moyen d'échange ». Mais, pourtant une mauvaise utilisation de celui-ci peut causer beaucoup de mal à la société si quand on en a, on le prend pour une idole et que l'on ne veut le partager aux autres et faire du bien avec lui comme créer du travail et entreprendre des ??uvres sociales pour le bien-être des dépourvus. Celui qui possède de grandes richesses devrait en consacrer une grande partie à faire du bien, voila ce qu'on doit enseigner aux gens qui conquièrent beaucoup d'argent honnêtement grâce aux fruits de leur travail : Vous voyez bien ce n'est pas l'argent qui est mauvais, c'est l'utilisation qu'on en fait, tout comme la religion peut en faire beaucoup de mal en faisant une mauvaise utilisation de celui-ci. Certes, la religion tout comme l'argent est bien sûr un mal nécessaire, mais sans la religion le monde serait un coupe-gorge sans ignorer les méfaits cruciaux de celle-ci de par le monde. On n'est pas sans savoir que la majorité des bains de sang qui ont inondé toute la planète terre ont eu pour cause primordiale le fanatisme religieux.
Tout comme l'argent peut présomptueusement être responsable pas mal de maux de la société. Mais ceci ne veut pas dire qu'il est mauvais en soi mais de préférence l'utilité qu'on en fait. Au lieu de parler mal de l'argent on devrait apprendre plutôt aux gens de gagner de l'argent honnêtement par le fruit de leur travail. L'argent est la récompense de notre travail assidu. C'est plutôt préférable de combattre l'avarice, la cupidité mais non l'utilité de l'argent. Avant l'invention des pièces de monnaies et des billets de papiers, les gens de jadis utilisaient l'échange ou le troc pour commercer entre eux. Ce n'est qu'au 17e siècle que l'on a inventé les pièces de monnaies et les billets. Si l'argent est un mal, le troc en était-il aussi bien avant son invention ?
Néanmoins, malgré tous ces mauvais discours face à l'argent, il est catégoriquement, précisément le dieu de ce monde au dessus de tout. Personne ne peut l'ignorer même si on se prête le flanc d'être hypocrite, insidieux envers soi-même. C'est ce que tout le monde indubitablement, inévitablement recherche que l'on soit religieux ou non-religieux, personne n'est exempt. Vous voyez : on va à l'école, fait de brillantes études, accumule beaucoup de diplômes pourquoi ? Pour pouvoir trouver un meilleur job et pour qu'on puisse nous payer, gratifier beaucoup plus d'argent nous permettant de faire face aux exigences de la vie tellurique. Beaucoup de gens font des budgets très serrés en vue d'économiser un petit peu plus d'argent afin d'être en sécurité financièrement et économiquement, cela rend la vie un peu supportable et admissible. D'autres créent des entreprises pourquoi ? Afin d'augmenter leur pouvoir d'achat et d'accumuler beaucoup d'argent comme profit leur permettant de vivre dans le luxe, dans l'opulence, dans l'abondance et gouter le miel de la vie. Ce qui est pire, c'est qu'il y en a qui sont tellement rigides, coriaces et économistes envers eux-mêmes, à force de s'acharner à l'accumulation de l'argent, on dirait qu'ils en ont eu un pacte avec l'argent leur disant qu'ils ne mourraient pas, qu'ils vivraient éternellement à tel point qu'ils donnent à celui-ci la première place dans leur vie. Leur rengaine, leur leitmotiv quotidien est d'augmenter leurs capitaux et leurs richesses.
Que l'on veuille ou non ? Que l'on soit chrétien ou non ? Que l'on soit hypocrite envers et anti-argent, il reste et demeure l'orientation de notre vie et il nous est incontestablement imposé et infligé. Celui qui ose dire qu'il peut vivre sans argent même un jour dans sa vie est un chafouin, rusé, un insidieux en vers lui-même, en vers les autres etc. L'argent reste et demeure le dieu le plus puissant de ce monde. Il peut presque faire tout et défaire presque tout ! Pour se vêtir, on en a besoin, pour se nourrir on en a besoin, pour se procurer une maison, une voiture, un avion, pour construire un foyer, pour se marier, pour voyager, pour développer notre société, pour traiter et négocier avec le monde, pour se faire une vie respectable aux yeux des autres on en a surement besoin ; toutes les choses de ce monde passent par le biais de l'argent, le mobile de toutes choses sur cette terre. L'argent est le jumeau de ce monde et est primordial. On n'est pas matérialiste mais on n'est pas aussi hypocrite ; on essaie de présenter la réalité vivable. On ne s'est pas coupé de la réalité. On est pragmatique et sensiblement réaliste et vériste. Celui qui est hypocrite en vers lui-même le soit aussi en vers le Dieu vrai de l'univers également. Mais c'est beaucoup plus vexant et honteux le fait d'être hypocrite en vers soi-même'
Toutes les grandes découvertes, réalisations qui ont vu le jour dans le monde, la nouvelle technologie de l'information, les multiples gadgets ont eu pour cible et pour finalité l'argent. Les châteaux, cathédrales, citadelles et temples ont été le fruit de l'argent.
Bien des gens notamment les fervents religieux hypocrites, fripons, et filous font l'anti-promotion des choses de ce monde en disant : Sortez-vous du monde car les choses du monde sont l'??uvre du diable. Ils relatent que toutes ces inventions, ces réalisations, et les choses qui se trouvent dans le monde sont du diable : par exemple, les multiples gadgets électroniques (téléphones portables, ordinateurs, tablettes), les merveilleuses voitures, les avions et les jets, etc. Et pourtant chaque jour ces mêmes personnes ne cessent d'utiliser ces choses, les meilleurs gadgets électroniques, les meilleures bagnoles, les meilleurs châteaux se trouvent entre les mains de ces fameux hypocrites. Ils les utilisent chaque jour pour survivre. Peuvent-ils vivres une seconde de leur vie sans argent, sans téléphones, sans voitures et autres ? Personne ne peut se retirer du lot. Que l'on vit dans le monde avec ces gadgets ou l'on n'en vit pas, ces choses sont indispensables. On peut passer une journée, des mois, des années sans prier Dieu, sans lire la Bible (qui est un héritage, un patrimoine mythologique légué de génération en génération par tradition et croyance), mais on ne peut jamais passer une seule journée sans l'argent. Vous voyez, Dieu n'est pas indispensable comme on le prétend de nous faire croire, mais c'est l'argent qui est indispensable, et ceci pendant et pendant toute la vie terrestre. On n'est pas coupés de la réalité : soyons réalistes et sincères'Même la religion subsiste grâce à l'argent. Coupons tous les impôts, les dons, les offrandes, les dîmes et l'église fermera ses portes machinalement et viscéralement.
Vous voyez : les Américains comprennent tellement son importance et ce que c'est l'argent dans leur vie, c'est la raison pour laquelle ils affichent sur leur monnaie : « IN GOD WE TRUST », ce qui veut dire que l'argent est leur Dieu et c'est en argent qu'ils croient. Ils peuvent vous tuer pour leur argent puisqu'ils s'y accrochent tellement. C'est eux qui énoncent également : « TIME IS MONEY » qui veut dire : « Le Temps c'est de l'argent », disons qu'ils ne gaspillent pas leurs temps que pour gagner de l'argent'ont-ils raison ou tort ? Ils peuvent être mieux avisés que d'autres'
Nos appréciations creuses voire machinales, sur l'argent peuvent nous pétrir et fraiser. Nous ne saisissons pas assurément pourquoi nous n'arrivons pas à mettre en vogue ce que nous saisissons sur la gérance de notre argent ? Ce sont nos opinions, nos clichés, nos stéréotypes, nos préjudices ; ce que nous pensons et imaginons, qui nous motivent, nous gouvernent et nous entraînent du point de vue psychologique. Si au fond de nous, nous réfléchissons, déduisons, spéculons et incarnons que l'argent est mauvais, exécrable, infect, horrible ou que nous ne pouvons en encaisser, recueillir plus qu'au préjudice des dissemblables, nous ne découvrirons pas la finalité, l'intention réelle pour exécuter, accomplir, achever les démarches que nous savons être nécessaires. Ainsi l'argent est-il mauvais ? L'argent est-il sans impact ?...
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
L'Argent : Une Cathédrale de Nuages
L'Argent : Une Cathédrale de Nuages