Michel PAINSONNEAU

Le dé à coudre en France (Tome III)

De tout temps, les hommes ont tenté de se protéger les doigts des piqûres. A la préhistoire, les peaux de bêtes percées par des outils contendants (po

Plus de détails

119030

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 96

Impression : Couleur

N° ISBN : 9782954215341

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 2 points de fidélité. Votre panier totalisera 2 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,40 €.


  • Papier
    25€00
  • PDF
    12€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Le dé à coudre en France (Tome III)
Le dé à coudre en France (Tome III)
De tout temps, les hommes ont tenté de se protéger les doigts des piqûres. A la préhistoire, les peaux de bêtes percées par des outils contendants (po

Autour de Michel PAINSONNEAU

Découvrir Michel PAINSONNEAU
Ses ouvrages
Résumé
De tout temps, les hommes ont tenté de se protéger les doigts des piqûres. A la préhistoire, les peaux de bêtes percées par des outils contendants (poinçons), étaient assemblées avec des fibres végétales. Il n'y avait aucune nécessité de pousser l'aiguille. Quand il fallut le faire, nos ancêtres utilisèrent des poussoirs en pierre, os, ivoire ou cuir.
Lorsque le tissu serré est apparu, les tailleurs des civilisations antiques ont utilisé, pour coudre et pour ne pas se piquer les doigts, des bagues à coudre (ou dés ouverts) en bronze.
Les dés à coudre fermés apparus à la période médiévale ont fait l'objet du tome premier de ce ouvrage « Le Dé à Coudre en France ».
Dans le deuxième tome, l'auteur précise le mode de fabrication, aux XVIIe et XVIIIe siècles, de ces outils. Un important chapitre y traite des merveilleux dés à coudre en acier.
Ce troisième tome concerne la fabrication et la commercialisation du dé à coudre tant métallurgique (Usines de Navarre) que d'orfèvrerie (Manufacture Lorillon-Féau) lors de l'expansion industrielle du XIXe siècle.
Le dernier tome de cet ouvrage traitera de la période « Art Nouveau » dans le design du dé à coudre, l'évolution des fabriques et, hélas, la régression dans l'utilisation de cet objet.
Ce document, à la portée de tous, intéressera les passionnés d'objets anciens de couture, du patrimoine et particulièrement les digitabuphilistes.
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Le dé à coudre en France (Tome III)
Le dé à coudre en France (Tome III)