Lauriston Yrvin

Les Cambrioleurs & Larrons A Diplômes

Intro:

Depuis la nuit des temps, le monde et l'humanité gisent sous un déclin historique sans-précédent. Leurs éphémérides se so

Plus de détails

106554

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 96

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    13€50
  • PDF
    5€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Les Cambrioleurs & Larrons A Diplômes
Les Cambrioleurs & Larrons A Diplômes
Intro:

Depuis la nuit des temps, le monde et l'humanité gisent sous un déclin historique sans-précédent. Leurs éphémérides se so

Autour de Lauriston Yrvin

Découvrir Lauriston Yrvin
Ses ouvrages
Résumé
Intro:

Depuis la nuit des temps, le monde et l'humanité gisent sous un déclin historique sans-précédent. Leurs éphémérides se sont entichées, enchevêtrées, bourrées de mensonges, de foutaises, de farces, de contes de bonnes fables agencées ou inventées de toutes pièces et de toutes sortes par des gens malintentionnés et vipérins. Comment trouver la vérité première de nos vrais passés après des siècles de déformations historiques ? En voici notre dilemme ultime ou notre sentence terrestre à nous tous. Nous en sommes tous des marionnettes et des fantoches entre les mains des plus habiles. Que deviendrait le monde si on découvrait scientifiquement nos vraies traces historiques ? Le mensonge est semé partout et ailleurs même dans les institutions les plus réputées pour la moralité : telle que l'église, les institutions étatiques, la bureaucratie et leurs acolytes etc. Dès lors, ce monde est tenu perpétuellement captif par des notables passionnés par le mensonge et le vice en essayant de détruire toutes les vraies preuves historiques du passé réel de l'humanité tout entière.
En conséquence, cet ouvrage intitulé « Les Cambrioleurs & Larrons à Diplômes » ; de Cinque chapitres ayant pour libellés « Le Petit Garçon Cambrioleur et Mon Petit Frère Maestro », « Les Cambrioleurs & les Larrons à Diplômes, « On lui a volé son Journal privé: On a violé sa vie privée' », « La Présentation du San-graal », « Les Diplômés et leurs rampements dans les entretiens et interviews d'embauches' », met en exergue plusieurs dialogues avec des prétendus et des vrais personnages de l'industrie de la mafia religieuse et du monde en vue de faire le jour, de rehausser, d'embellir, d'ennoblir et d'illustrer bien des faits historiques comme : Jésus et sa vraie histoire, sa femme Marie-Madeleine et leur fille « Sara » ; la légende du Prieuré et San-graal, l'emblème originel de l'homme et de la femme, etc. Ces faits sont agencés et romancés nettement pour une bonne compréhension authentique. Dans celui-ci, nous vivons, faisons et enquêtons sur l'histoire au lieu d'être parmi les guetteurs naïfs et innocents. D'où, une véritable enquête et un véritable questionnement de notre passé réel'!!!

Extrait du Premier Chapitre:

-Le Petit Garçon Cambrioleur et Mon Petit Frère Maestro :

...Il s'est produit, il y a de cela 5 ans soit en 2008, je me suis endormi et trouvé assis dans une église que je ne m'y rends plus ; d'il y a plus de 10 ans soit depuis 2003, et je me renonce de retourner pour aucune chose au monde à cette dite église mensongère, de vipères, de mafias qui se déguise de toute pièce dans le nom de Jésus-Christ cachant sa vraie face de pute. Et je tiendrai ma parole jusqu'au bout pour garder ma liberté acquise par la découverte de la vérité qui m'a affranchi de cette putain mensongère qui séduit. Dans cette rêverie, je me suis vu assis dans la grande salle d'une maison ancienne de deux étages en bois, remplie de différentes personnes assises aussi comme pour adorer et louer comme à l'accoutumée. Cette maison a été à la rue Notre dame LA COUPE mais elle n'est plus aujourd'hui puisqu'on l'a démolie et le terrain loge aujourd'hui une Université appelée : UV (UNIVERSITEVALPARAISO). Cette dite église de pute a été logée aussi dans cette dite ancienne maison bien avant l'UV). Celle-ci (cette église de pute) a laissé cette dite ancienne maison en bois en fin 2003 après qu'on a construit une toute petite belle superbe chapelle peinte en crème-pâle et blanc ressemblant à une si belle petite tombe en face de la rue Amiral Killick (Rue de L'Hôpital) et du Lycée Tertullien Guilbaud. Certes, elle est très petite mais très belle faisant la différence des autres et attirant. Dit-on toujours que l'apparence est trompeuse et tout ce qui brille n'est pas de l'or'!!!
Dans ce songe, étant assis parmi la foule de gens que j'ai vues dans cette ancienne maison en bois, j'ai vu que mon petit frère Marco anime la foule comme un véritable maestro à force de bien diriger les cantiques choisies en la circonstance. Ses gestes de mains m'ont ébloui et ému à tel point qu'en balançant ses mains pour guider l'assistance, il ballotte tout son corps en entiers au rythme des mouvements de ses mains guidant la foule. Ce qui a rendu la scène très amusante et complaisante à voir et à être là pour voir ce qui m'a conduit à une extase extraordinairement hors du commun. Mais pour dire vrai, il les a bien animées ; et j'ai vite dit en moi : « Il est un superbe maestro ». C'est inimaginable et inconcevable de voir quelqu'un qui anime et dirige un chant devant une foule de gens et qu'il ballote tout son corpus comme il ballote ses gestes de mains. Je n'ai su pas si tout le monde s'est senti la même émotion qu'il m'a inspirée, mais il était mirifiquement et magistralement bien dans ses ballottements corporels'
Et de suite, dans le tournant du rêve, j'ai vu que cette ancienne maison qui a logé cette dite église a été en même temps la maison habitable de ma famille. Le soir venu, je me suis aperçu au sein de celle-ci accompagné de mon père, ma mère et moi. Nous avions été tous 3 dormant dans cette même ancienne maison qui loge à la fois cette église et ma famille. Toujours dans ce rêve, pendant le sommeil, j'ai vu un petit garçon qui a cambriolé cette dite maison en vue de voler, d'escamoter nos effets. Nous nous sommes réveillés : (Moi, Mon père et Ma Mère), on a saisi le petit garçon cambrioleur de la maison au sein de celle-ci. Et par la suite, j'ai vu mon père et ma mère fouetter le petit garçon, et moi, j'ai essayé de trouver des trucs à sécuriser les portes et les fenêtres par lesquelles le petit garçon a cambriolé notre domicile. Après avoir terminé de sécuriser les portes de l'habitation, je n'ai su ce que le petit garçon cambrioleur est devenu : S'il est échappé des mains de mon père et ma mère, ou qu'ils l'ont tué ? Je n'en ai aucune idée...

Extrait du Deuxième Chapitre:

-Les Cambrioleurs & les Larrons à Diplômes :
...Mon Petit Frère Marco rencontre Le Petit Cambrioleur 3 années plus tard. Etonnant de le voir, il s'est grandi, transformé ; on dirait qu'il goûte le miel de la vie avec une telle avarice ! Il devient magnanime et a un charisme et un charme de diable qui le tourmentent pour un cambrioleur d'une telle trempe. Le passage de Cambrioleur à Larron fait bon ménage chez lui. Mon Petit Frère Marco dans son entêtement entame un dialogue viril avec lui qui se relate ainsi :
Mon petit Frère Marco lui dit :
-Petit Cambrioleur, je me suis exalté et ravi de vous voir après 3 années que vous aviez cambriolé dans un rêve la maison qui a logé ma famille et mon prieuré, (comme mon père, ma mère et mon grand frère m'ont conté) ; une maison ancienne de bois, aujourd'hui, elle n'est plus puisque le territoire loge une merveilleuse Université appelée : UNIVERSITEVALPARAISO. Et mon église a aujourd'hui une merveilleuse petite chapelle qui ressemble à une petite tombe blanchie située entre la rue Notre Dame la Coupe et de l'Angle de la rue L'hôpital nommée Amiral Killick. Cette histoire et ce souvenir fantasmes de cambriolage dans un rêve m'ont eu l'air d'être un conte de fée et de bonne fable comme c'est le cas aussi de l'histoire de l'humanité pourquoi pas la religion : « histoire inventée de toute pièce et de toutes sortes ; mensonges, foutaises, farces », quoi de plus. Mais en vous voyant c'est comme si je me suis traversé par un courant électrique me confirmant que c'est une histoire vraie. Je crois, Petit Cambrioleur, que vous êtes diplômé, formé, éduqué et instruit dans les plus grands centres universitaires les plus renommés du monde si je ne m'abuse pas, l'université de l'armée du crime. C'en a été le prix de grands sacrifices, même des années de pénitences et de périples. Mais à titre de rang doctorant, pourquoi vous choisissez ce vil métier de Cambrioleur ?
Le Petit Cambrioleur lui répond :
-Petit Marco, je comprends aisément votre enchaînement. Il est vrai que dans le passé j'ai cambriolé votre maison et même votre église, ce que je ferais encore puisque je suis moi-même victime d'un monde vicieux qui depuis la nuit des temps : traque, assassine, opprime les démunis, les faibles, les dépourvus, les femmes, les gens de couleurs ou du moins les plus faibles. Ces oppressions n'ont pas été les actes des illettrés mais ceux des érudits. Par souci de ne pas revivre ces atrocités, je me force de décrocher un diplôme de doctorat afin de me classer parmi les cambrioleurs qualifiés et professionnels. Je suis une mafia de l'église et j'en suis fier. Je fais le travaille de l'église en cambriolant votre maison et pillant vos richesses' Je suis professionnel'! L'église vole à l'??il nu, moi, je vole pour l'église à l'??il fermé. Pas de grandes différences'!
Mon Petit Frère Marco lui réplique ainsi :
-Petit Cambrioleur, je suis exaspéré par votre approche et votre réponse. Si je comprends bien, on dirait que ce monde vicieux vous guette comme une véritable marionnette et fantoche. Mais à quoi bon d'être un cambrioleur à diplôme ? Pourquoi vous deviez vous qualifier pour être voleur, cambrioleur et larron ? Ne feriez-vous mieux d'être un simple voleur au lieu de passer toutes ces années sur les bancs de l'Ecole pour décrocher un diplôme et devenir un voleur qualificatif ?
Le petit cambrioleur lui rétorque :
-Petit Marco, devenir un simple voleur ou cambrioleur c'est l'affaire de petits voleurs qui volent des bananes, des poules. Ces gens subissent toujours le contre coup de ce monde garni de farce, de foutaises, d'hypocrisies et de coquineries. L'histoire du monde n'est pas exempte de ces choses là. Mais pour voler des millions, on doit être mieux formé et mieux éduqué. Avec un diplôme, on rentre dans la bureaucratie, dans les institutions étatiques, dans les gouvernements mondiaux, dans les institutions religieuses pour voler au nom du peuple et de la masse innocentes et naïves. Celui qui vole une banane n'est pas instruit et est un imbécile au premier degré. Au grand jamais, je ne pourrais me placer au rang de ces petits malheureux voleurs. Je me suis formé pour voler des millions et pourquoi pas des milliards et trillions' C'en a été des années de grands sacrifices pour y être arrivé.
Mon Petit Frère Marco lui riposte :
-Petit Cambrioleur, vous vous êtres rendu à l'Université pour décrocher votre diplôme de doctorat certes, mais ne me dites pas qu'on vous a formé pour aller voler des millions en professionnel qualifié ? Est-ce que par hasard on vous a donné des leçons de cambrioleur à votre Université ou c'est une invention de votre part ? Ceci est totalement absurde de le croire ?
Le Petit Cambrioleur riposte :
-Certes, l'histoire du monde notamment celle de la religion est un amas de crimes et de pillages de toutes comédies et de toutes sortes. Ces héros saccageurs de provinces ont été des hommes d'églises et des savants doués formés à l'université. Formellement, on ne leur donne pas des leçons de cambriolages à l'Université de façon audible. Mais une chose est certaine que dans les discours : Les non-dits sont plus importants que les dits. Comment peut-on nous apprend à sacrifier des années d'études pour décrocher un diplôme et ensuite on nous envoie dans les savanes pour rechercher un job, un boulot, un travail qui n'existe pas vraiment aucune part dans le monde. Si on ne nous enseigne silencieusement à devenir des voleurs professionnels : on aurait nous enseigné non pas à rechercher ce qui n'existe pas mais plutôt à créer des jobs, des entreprises. En passant des années à l'université pour aller ramper comme des quémandeurs dans les entretiens et interviews d'embauches, que de vexations et de hontes. Des fois, pour un seul job des milliers se déplacent. Seul celui qui sait comment être mieux rampé l'en aura. C'est comme nous enseigner de manière inaudible à devenir des cambrioleurs et des larrons à diplômes'Quant à moi, je n'en suis pas exempt.
Mon petit frère Marco lui réplique :
-Petit Cambrioleur, il ressemble que vous êtes en train de désacraliser la mission réelle de l'Université, de l'état et celle de la religion. Vous me donnez du fil à retordre à pouvoir mieux comprendre vos propos. En êtes-vous sincère ou c'est une plaisanterie inventée ?
Le petit Cambrioleur lui allègue :
-Petit Marco, je ne plaisante pas, je suis tout-a-fait sincère dans mes avances. Je vous présente la réalité et le secret de ce monde vicieux de toute pièce. Ouvrez-vos yeux et vous comprendrez aisément mes approches. Nous vivons dans un monde où l'industrie du mensonge, de la foutaise, de la tromperie règnent et gouvernent. Pour trouver la vérité première après des siècles de déformation historique, en voici notre dilemme à nous tous. Nous vivons chaque jour de notre vie des mensonges inventés de toute comédie. Nous sommes tous des marionnettes et des fantoches entre les mains des plus habiles et intelligents. Quand retrouverons-nous la vérité première et découvrirons-nous tout le bidouillage de l'histoire de l'humanité et celui de l'histoire de l'église mensongère qui traque, tue, assassine et opprime depuis des millénaires dans le non sacré de Dieu. Que de complaintes !
Mon Petit Frère Marco lui objecte :
-Petit Cambrioleur, je comprends votre consternation, mais je sais qu'à l'évidence que vous faites partie de cette industrie du mensonge, de foutaises, de farces et d'invention historique dont vous m'aviez parlé. De faite, auriez-vous l'obligeance et la bonté de m'éclaircir lanterne sur certains points historiques vu que vous soyez plus savant que moi en ce qui concerne?
Le Petit Cambrioleur lui atteste :
-Petit Marco, vous flattez ma vanité ainsi, moi qui fais partie de l'industrie de la mafia mensongère de l'église, certes, je suis mieux placé pour vous orienter dans des sujets sensiblement tenus cachés depuis des siècles. Tout d'abord, je veux vous parler de ce Jésus qui est le centre des mensonges de l'histoire religieuse. Mais je vous prie de laisser vos oreilles en trompette en vue de mieux saisir mes propos en ce qui concerne.
Connaissez-vous l'histoire du Prieuré de Sion ?
Mon Petit Frère Marco affirme :
-Non, je n'en ai jamais entendu parler !
Le Petit Cambrioleur témoigne :
-Prieuré de Sion, les dépositaires des biens secrètes : Ils sont toujours quatre, le grand-maître, et les 3 sénéchaux forment la première ligne du gardien du Graal. Les membres du Prieuré sont présents sur toute la surface de la terre. Le Prieuré ou la supercherie a pour unique mission de protéger le plus grand secret de l'histoire de notre ère, pour d'autres via l'impression courante de celui-ci, c'est la source du pouvoir divin sur terre. Mais en réalité, le Prieuré protège la source du pouvoir de l'église sur terre : Le San-Graal.
Mon Petit Frère Marco lui contredit :
-Pet Cambrioleur, vous dites que le Prieuré protège la source du pouvoir de l'église sur terre (le San-Graal). Quel pouvoir ? Une vague jatte magique ?
Le Petit Cambrioleur lui contredit :
-Le San-Graal est une coupe. Pour comprendre le San-Graal Petit Marco, il faut comprendre les saintes écritures au préalable.
Mon Petit Frère Marco lui revendique :
-Petit Cambrioleur, vous parlez de comprendre les saintes écritures au préalable, est-ce la Sainte Bible dans sa version originale ?
Le Petit Cambrioleur lui prétend :
-Petit Marco, évidement c'est la Bible, les saintes écritures ne sont pas tombées du ciel par comédies. La Bible dans sa version finale a été inspectée par un seul homme : L'empereur païen Constantin.
Mon Petit Frère Marco lui nie :
-Petit Cambrioleur, je croyais que Constantin était un chrétien ?
Le Petit Cambrioleur lui prétexte :
-Petit Marco, Constantin en aucune façon n'était pas chrétien ; au terme de toute une vie païenne, il fut baptisé sur son limeur. Constantin était la sainteté personnifiée à Rome. Depuis les temps immémoriaux son peuple vénérait l'équilibre entre les divinités mâles et la déesse également appelé le féminin sacré. Mais une ébullition religieuse se fut emparée Rome. Trois siècles auparavant, un jeune juif appelé Jésus était venu prêcher l'amour et la croyance en un Dieu unique. Deux siècles après la crucifixion du Christ, ses disciples dont le nombre augmente de façon exponentielle déchaînaient une guerre sainte contre les païens. Constantin, ayant vécu toute une vie de païen, il n'en était pas moins pragmatique. Et en l'an 325 de notre époque, il décida d'unifier Rome en une seule religion appelée : Le christianisme.
Mon Petit Frère Marco conteste :
-Petit Cambrioleur, vous dites que Constantin en l'an 365 décida donc d'unifier Rome en une seule Religion, n'est-ce pas parce que le Christianisme était en plein décollage que Constantin ne voulais pas se voir déchirer son autorité ?
Le Petit Cambrioleur lui affirme :
-Petit Marco, certes, vous avez peut-être raison, et pour renforcer cette tradition chrétienne naissante, Constantin a réuni la fameuse assemblée ??cuménique sou le non de Consul de Nicée. Consul au cours duquel les nombreuses églises chrétiennes se réunissent pour débattirent et soumirent aux votes tous les sujets possibles, l'approbation ou le rejet de différents évangiles, le choix de la date de pâques, l'administration des sacrements et bien entendu l'immortalité de Jésus'
Mon Petit Frère Marco lui riposte :
-Petit Cambrioleur, vous dites que l'immortalité de Jésus a été débâtie et soumise au vote au Consul de Nicée ?
Le Petit Cambrioleur lui atteste :
-Petit Marco, vous savez : jusqu'à ce tournant d'histoire, Jésus était vu et considéré par la majorité de ses disciples comme une immense parfaite, un personnage fort et puissant mais humain malgré tout. Un mortel.
Mon Petit Frère Marco lui rétorque :
-Petit Cambrioleur, vous relatez que Jésus était un humain, un mortel pas même le fils de Dieu ?
Petit Cambrioleur lui conteste :
-Petit Marco, Certainement pas, Jésus n'était pas le fils de Dieu, pas même son neveu au 10e degré'C'est une vérité pure et sainte.
Mon Petit Frère Marco lui réplique :
-Petit Cambrioleur, vous voulez dire que la divinité de Jésus a été décidée par un vote ?
Le Petit Cambrioleur lui témoigne :
-Petit Marco, n'oubliez pas qu'en ce temps là que les dieux étaient en toute chose. En conférant à Jésus simple mortel, un pouvoir divin, en lui donnant la capacité de réaliser des miracles sur terre sans parler de sa résurrection. Constantin en fit un Dieu fermement encré dans le monde des hommes. C'est comme ça que les autres dieux prirent distances et se retrouvent à la crêpe.
Mon Petit Frère Marco lui dément :
-Petit Cambrioleur, Constantin n'a pas inventé le caractère divin de Jésus, il a fréquenté l'innée d'une idée d'ores et déjà fort rependue.
Le Petit- Cambrioleur lui réplique :
-l'innée d'une idée pure sémantique'ce fit un fait pour bien des chrétiens : Jésus était mortel aujourd'hui puis divin le lendemain'
Mon Petit Frère Marco lui riposte :
-mais pour d'autres sa divinité a été renforcée après sa prétendue résurrection et son ascension' !
Le Petit Cambrioleur lui objecte :
-Petit Marco, bien sûre que sa divinité a été renforcée, c'était en faite une annonce absolument officielle de sa future promotion'
Mon Petit Frère Marco lui demande :
-Mais qui divin qui l'humain ? Ils ne se sont même pas entendus sur le credo du Consul de Nicée. Combien ont été assassinés pour cette question de divinité ou pas de Jésus?
Le Petit Cambrioleur lui confirme :
-Depuis qu'il naît qu'un seul vrai Dieu, que de massacres odieux en son nom'! Ses fameux zélés promoteurs se croient connaitre plus que Jésus-Christ lui-même et prétendre s'être couchés toujours dans le même lit qu'avec Dieu, prétextant qu'il les ordonne à faire tel ou tel crime en son nom. Pis qui est, ce Dieu se réside dans le silence aucun laissant ses ravisseurs, ses cambrioleurs, ses tueurs, ses violeurs font la pluie et le beau temps tuant, massacrant, traquant qui ils veulent comme de véritables polices ou gendarmes de Dieu sur terre'
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Les Cambrioleurs & Larrons A Diplômes
Les Cambrioleurs & Larrons A Diplômes