Amboise, Michel d' (1505?-1547). Auteur du texte

Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez

Ce document est une réimpression à l’identique de l'ouvrage accessible sur la plateforme numérique de la Bibliothèque Nationale de France.Titre intégr

Plus de détails

153520

Reliures : Dos carré collé

Formats : 21x29,7 cm

Pages : 146

Impression : Noir et blanc

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    17€01

17,01€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez
Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez
Ce document est une réimpression à l’identique de l'ouvrage accessible sur la plateforme numérique de la Bibliothèque Nationale de France.Titre intégr

Autour de Amboise, Michel d' (1505?-1547). Auteur du texte

Découvrir Amboise, Michel d' (1505?-1547). Auteur du texte
Ses ouvrages
Résumé
Ce document est une réimpression à l’identique de l'ouvrage accessible sur la plateforme numérique de la Bibliothèque Nationale de France.Titre intégral : Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez des temps, et la fable de l'amoureuse Biblis et de Caunus, traduyte d'Ovide par Michel d'Amboyse, dit l'Esclave fortuné, seigneur de Chevillon
Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez
Les cent epigrames : avecques la vision, la complainte de vertu, traduyte de frère Baptiste Mantuan, en son livre des Calamitez