Stéphane Devos

Mon compagnon imaginaire

Quand survient la fin de l'innocence ?
Lorsqu'on s'amuse moins à jouer, à fantasier ? Au premier amour ? Quand nos ennemis deviennent bien réels et n

Plus de détails

133468

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 196

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782955481905

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    13€00
  • PDF
    6€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Mon compagnon imaginaire
Mon compagnon imaginaire
Quand survient la fin de l'innocence ?
Lorsqu'on s'amuse moins à jouer, à fantasier ? Au premier amour ? Quand nos ennemis deviennent bien réels et n

Autour de Stéphane Devos

Découvrir Stéphane Devos
À propos de l'auteur
Pour Stéphane Devos l'imaginaire est vital. Il est si souvent dans la lune qu'il pourrait en faire des visites guidées. Et si vous saviez où il part quand il est ailleurs, vous aimeriez l'accompagner dans ses échappées paracosmiques !

Quand il était enfant il avait un ami imaginaire : un filet de commission qu'il appelait Filoche, sa panthère. Il voulait devenir archéologue, cascadeur ou marchand de glaces. Aujourd'hui il écrit des histoires pour continuer à rêver et à garder le Tom Sawyer vivant en lui.

Son premier roman fantastique "Mon compagnon imaginaire" raconte une histoire d'amitié entre Victor, 10 ans et Créature son ami (pas si) imaginaire. C'est un livre d'enfants pour adultes, ou bien le contraire ? Ou bien les deux ? Les fans des "Goonies" ou de "Stand by me" comprendront...
Résumé
Quand survient la fin de l'innocence ?
Lorsqu'on s'amuse moins à jouer, à fantasier ? Au premier amour ? Quand nos ennemis deviennent bien réels et ne sont plus des farfadets cannibales ou des blobs ? Ou bien la première fois que nous sommes confrontés à la mort ?
Je m'appelle Victor. Victor Frank. J'avais dix ans lorsque j'ai commencé à devenir autre chose qu'un enfant : un hybride, un « entre-deux ».
A l'heure où j'écris ces lignes, j'ai apparemment atteint depuis un petit moment le stade final du développement humain : l'adulte.
Mon enfance me parait de plus en plus lointaine, étrangère. Alors c'est le moment ou jamais si je veux raconter mon histoire.

Quand j'étais enfant, au milieu des années 80, j'avais un ami. Un seul. Nous avons vécu ensemble mille et une aventures et avons lutiné dans ce monde et dans d'autres plus lointains. Des mondes intérieurs, parallèles et perpendiculaires.
Mon ami s'appelait Créature. Moi seul le voyait, l'entendait.
Il faisait un peu partie de la famille. Maman faisait toujours une place à table pour cet invité invisible. Elle lui achetait souvent des crevettes dont il raffolait, bien qu'il prenne un malin plaisir à écrabouiller ses rosiers quand il était en colère.
Ma mère disait que j'avais une imagination débordante. Et c'est vrai qu'avec Créature cela avait débordé. Réellement débordé'


Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Mon compagnon imaginaire
Mon compagnon imaginaire