Stéphanie SIMON-HANIER

Un mot sur des maux mortels

C'est mon premier livre.
J'ai eu besoin d'écrire, pour évacuer une injustice qui a touché mon frère, atteint d'une grave maladie.

Je transmets mes

Plus de détails

69635

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Pages : 177

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782954075303

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    14€00
  • PDF
    8€94

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison
Livraison
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de Stéphanie SIMON-HANIER

Découvrir Stéphanie SIMON-HANIER
Ses ouvrages
Résumé
C'est mon premier livre.
J'ai eu besoin d'écrire, pour évacuer une injustice qui a touché mon frère, atteint d'une grave maladie.

Je transmets mes sentiments face à son courage, ce mal dévastateur et le regard des autres.
Tout ce que j'espère, c'est que le mot fin sera sur une victoire, avec lancer de chapeau...
Vos avis
5 étoiles 4
4 étoiles 0
3 étoiles 0
2 étoiles 0
1 étoiles 0
Moyenne des avis : (Pour laisser un avis, vous devez être connecté)

Des mots simples et forts pour crier l’injustice de la souffrance et la cruauté de la maladie. L’auteure rend un hommage très émouvant à son frère combatif et optimiste. Ce livre poignant est l’histoire d’un frère, d’un homme entouré par ceux qui l’aiment pour toujours. Oui, j’ai pleuré.

    « Fini de faire le malin le Tiot Matt.
    Ecoutez la musique, suivez la magie,
    Je ne suis pas si loin, regardez
    Au-delà des nuages, ou là, près de ce banc. »
    .
    … c’est ainsi que se termine l’ouvrage magistral de Stéphanie Simon-Hanier. Un témoignage poignant sur l’injustice, sur le destin... Une écriture de plume certes, avec la main, avec les doigts. Mais avec au bout de chaque doigt mouillé, tendre et fébrile, des souvenirs, des inclinations, des émotions et des colères !
    Et de cette main serrée à en faire mal mais qui va enfin s’ouvrir, surgissent cinq cœurs chacun porteur de cinq lettres ! VIVRE !

      A l’instar de la petite chèvre de Monsieur Seguin qui combat toute la nuit et succombe sous les crocs du loup quand le jour se lève, Matthieu se sera courageusement battu contre le « crabe » jusqu’au bout de la vie… Stéphanie, ton livre se lit d’une traite. Il m’a bouleversé et je tenais déjà à t’en féliciter chaleureusement ! Tu as su conduire la narration avec un naturel, une simplicité qui lui donne toute sa puissance émotive. Pas de recherche de style, ici. Juste les faits et ton ressentir, au jour le jour… Tu as réussi à écrire le processus morbide qui progressivement prend possession de Matthieu jusqu’à l’issue fatidique et en parallèle ta résistance à l’effroi, comment tu tentes d’apprivoiser l’idée de la mort de ton frère aimé, comment tu t’armes de courage pour enfin ouvrir les yeux, entrebâiller la porte pour apercevoir la grande faucheuse qui rôde autour de Matthieu. Avec une poignée de mots (ce qu’on appelle une « grande économie de moyens », et c’est sans doute ce qui moi m’a le plus touché, tu dépeints l’implication magnifique de Véronique et Jean-Claude dans l’accompagnement de leur enfant jusqu’à la fin. L’élan de Véronique, sa formidable énergie, son besoin irrépressible de « veiller » son fils, et la grande pudeur de Jean-Claude qui ira jusqu’à dormir aux côtés de Matthieu…, sont révélés avec tact et sensibilité… Comme dans un chuchotement… Bref, tu as compris que ce livre m’a rendu encore plus fier d’être ton ami, celui de Matthieu, de tes parents que j’ai l’impression de connaître et d’aimer depuis toujours…

        Quel superbe témoignage ! L’auteure rend un très bel hommage à son frère, à sa mémoire...
        Son écrit est plein d'émotion, j'ai souvent retenu mes larmes en le lisant mais je n'ai pu me retenir jusqu'à la fin et je dois bien avouer que j'ai lu les 30 dernières pages en pleurant comme une madeleine...
        J'ai retrouvé aussi pas mal de points communs avec mon histoire personnelle, dans le ressenti de ceux qui restent et dans l'incompréhension des autres...
        En fait, je crois que si ce livre est beau, c'est tout simplement parce que l’auteure ne l’a pas seulement écrit avec sa plume, mais surtout avec son cœur...

          Donnez votre avis
          Un mot sur des maux mortels
          Un mot sur des maux mortels