Marcel Jutique

Marcel Jutique

Marcel Jutique, né à Beyrouth en 1884, mort en 1950 à Étel, occupe une place de choix dans la littérature contemporaine et a joué un rôle crucial au sein du mouvement rienesque (branche du nihilisme nectarifère). Possédé par l'idée du Rien, pensait-il, Jutique prétendait pouvoir lire l'avenir du monde dans un verre de Muscadet vivant et nu. Ses deux ouvrages majeurs sont "La Suave Idée du Rien", pondu à vingt-trois ans, et "l'Encensoir Kilométrique du Rien", œuvre apaisée d'un presque vieillard. L'écrivain dadaïste a également écrit de nombreux essais philologiques et de sémantique dont l'ébouriffant "Poliorcétique du Moi et sa catapulte nectarifère", charge politique de surcroît, et le non moins surchauffé "L'idiome imagé est un conceptus inféré à lui tout seul" ainsi qu'une vingtaine de recueils de poésie visionnaire ("Le cognassier-plateforme et autres nounours", "Une Forêt Rienesque de Murmures", "Les mamelons de la béatitude", "Absurdité de la forjeture", "Au plus fessu de leurs troufignons", "La farce éminente", "Dans mon haricot azuki fictif", "Apologie élogieuse de la cavurne", Le gerfaut grosso modo", "Je ris au laid", "L'oiseau est parti", "Le voyant de la Panhard est allumé", "Alangui sur mon rouge sofa", "Légumes ontologiques", "Le strapontin intérieur" ou encore "Un dernier Haïku avant Sirius", un chef-d'oeuvre d'hilarité, "L'huître et le néon", "Une posture de reginglette", "L'exténuant Harar est le fatum", "La mer et les horizons zingibéracés" et "Une litanie de cailloux").