Ives RAUZIER

Correspondance d'Henri SUILLAUD

Le 26 novembre 1916, alors qu'il s'apprête à rejoindre Lorient pour des réparations, le cuirassé SUFFREN est torpillé au large de Lisbonne par le sous

Plus de détails

118215

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 204

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782950195470

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    15€00
  • PDF
    10€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
Correspondance d'Henri SUILLAUD
Correspondance d'Henri SUILLAUD
Le 26 novembre 1916, alors qu'il s'apprête à rejoindre Lorient pour des réparations, le cuirassé SUFFREN est torpillé au large de Lisbonne par le sous

Autour de Ives RAUZIER

Découvrir Ives RAUZIER
Ses ouvrages
Résumé
Le 26 novembre 1916, alors qu'il s'apprête à rejoindre Lorient pour des réparations, le cuirassé SUFFREN est torpillé au large de Lisbonne par le sous-marin allemand U-52. En quelques minutes le bateau coule, ne laissant aucun survivant. Parmi les disparus Jacques Marie Henri Mathurin Suillaud, boulanger maître-coq à bord. Comme une grande partie de l'équipage, c'est un breton né à Bignan dans le Morbihan.

Comme la plupart des soldats de la première guerre mondiale Henri Suillaud a écrit très régulièrement à son épouse et à ses proches. Ce sont les correspondances reçues par sa femme que nous publions et commentons dans cet ouvrage.

A travers ces courriers nous plongeons dans la vie quotidienne d'un marin mais nous sommes surtout aux premières loges d'un cuirassé qui a été au c??ur de l'engagement allié aux Dardanelles. Avec les mots et la grammaire d'un homme issu d'un milieu modeste, Henri Suillaud nous livre sa vision de la situation militaire, passant d'un optimisme résolu à un pessimisme lucide, et nous donne de riches informations sur les différentes positions du Suffren.

Celui qui souvent répétait à sa femme qu'il fallait attendre la fin de la guerre pour avoir une petite fille nous a laissé des documents émouvants, un témoignage original et complémentaire sur le vécu des soldats de la grande guerre. Au final, nous espérons pouvoir proposer avec cet ouvrage un hommage à tous les marins qui ont péri au cours de la première guerre mondiale.

Avis des lecteurs

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Correspondance d'Henri SUILLAUD
Correspondance d'Henri SUILLAUD