Florence Kiss

Les naufragés du néant

Ce roman, inspiré par Dieu et Kafka, dont je ne suis que le médium, oscille entre l'improbable et la réalité. Alors que le scénario prend sa source d

Plus de détails

92907

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 232

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782951670396

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    17€00
  • PDF
    8€00

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison
Livraison
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de Florence Kiss

Découvrir Florence Kiss
A propos de l'auteur
- Je suis née dans une plaine. Au centre de cette plaine, s'élevait une montagne, elle était si haute que même par temps clair, on ne pouvait voir son sommet. Les gens de la plaine naissaient, travaillaient, mouraient à ses pieds, sans jamais la regarder. Pour moi, elle était l'image de l'idéal, l'autre vérité, la connaissance, la spiritualité. Plus j'imaginais son sommet, plus la plaine me paraissait fade, les gens grossiers, repus de rien...
Un jour, je me suis approchée d'elle, j'ai touché sa nudité simple, je l'ai étreinte comme ma mère, puis je me suis hissée. D'abord mon ascension fut rapide, mes pensées étaient accaparées par cette furieuse envie de fuir que je n'aurai su justifier. Ce n'est que hors d'atteinte que je sentis ma crainte, mêlée de doute, virer au remords. Mon imagination me diffusait des images de souffrance et de mort. Ma faiblesse, frivole, implorait un courage encore timide. C'est alors que les gens de la plaine me virent. Ils s'approchèrent de la montagne, affolés. Debout, face au vide, je savourais ma hauteur, eux étaient petits et vulnérables. J'entendis mon père m'appeler, ma mère sanglotait parce qu'il le fallait. J'hésitais encore, l'abandon avait le goût amer de l'échec, la confrontation avec les miens m'effrayait plus que la montagne que je sentais juste et vraie. Je subissais impuissante cette dualité. Mon incertitude était la dernière défense d'une éducation basée sur des principes pessimistes et mesquins, où tout achèvement était moyen ou médiocre, mais jamais bien. Cette fuite était la conséquence, la révolte contre ces principes obscurs, absents de réussite vers ce sommet qui symbolisait à mes yeux la perfection.

Après bien des années en quête du sommet que je n'ai jamais pu atteindre, le monde m'est apparu comme un placard et je ne savais dans quel tiroir entrer.
Je suis retournée dans la plaine, bien qu'elle soit sans substance, c'était mon tiroir. Dans ce tiroir, j'ai trouvé un autre refuge, celui de l'art. Je me suis versée dans la musique, l'écriture, la peinture. J'exprimais en notes, en couleurs, en mots, toutes mes passions, toutes mes peines, toutes mes frustrations, c'était mon exutoire. C'est dans ces expressions que j'ai trouvé ce à quoi j'aspirais. Je me suis créé un monde où tous les Hommes escaladaient la montagne et atteignaient le sommet. Ai-je réussi? Ai-je échoué? Cela n'a aucune importance. L'important est que dans cet isolement créatif, j'ai oublié mes angoisses et découvert la joie.

Résumé
Ce roman, inspiré par Dieu et Kafka, dont je ne suis que le médium, oscille entre l'improbable et la réalité. Alors que le scénario prend sa source dans un environnement surréaliste, il tend à soulever la réflexion sur les questions majeures de notre temps.

Vous y retrouverez l'atmosphère du « Seigneur des anneaux » de Tolkien, le scénario pourrait vous rappeler « Ravage » de Barjavel mêlé au grotesque de « La métamorphose » de Kafka, tout cela imbriqué dans un courant spirituel du style Paulo Coelho.

Initialement intitulé 'Seuls », ce roman a été coédité à compte d'auteur dans sa version initiale en français en avril 2001 par les Editions Universelles.

Traduit et publié en Anglais en février 2007.
"The Seed" par R.S.V.P. Publishing.

Traduit et publié en Espagnol en février 2008.
«Solos ante la desolación » par Editorial Universidad de Almeria.

Ce roman a reçu une médaille d'or avec félicitations du jury au concours de l'Académie internationale de Lutèce à Paris en 2002.

Paradoxalement bien que ce roman soit édité en anglais et en espagnol, il n'a jamais trouvé un éditeur dans sa version française.


Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Les naufragés du néant
Les naufragés du néant