Nos délais de fabrication sont actuellement de 5 à 7 jours ouvrés.

Gaël Caudoux

MILLE FOURMIS ET CENT LOUPS

Mon cinquième livre Mille fourmis et cent loups (2019) est la conclusion ou plutôt un nouveau point de départ. On y retrouve une littérature atypique

Plus de détails

210715

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Pages : 147

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782491014193

N° ISBN Pdf : 9782491014223

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    7€50
  • PDF
    5€69

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison suivie
Livraison suivie
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Nos engagements
Nos engagements

Envoyer à un ami
MILLE FOURMIS ET CENT LOUPS
MILLE FOURMIS ET CENT LOUPS
Mon cinquième livre Mille fourmis et cent loups (2019) est la conclusion ou plutôt un nouveau point de départ. On y retrouve une littérature atypique

Autour de Gaël Caudoux

Découvrir Gaël Caudoux
Ses ouvrages
Résumé
Mon cinquième livre Mille fourmis et cent loups (2019) est la conclusion ou plutôt un nouveau point de départ. On y retrouve une littérature atypique mêlant la poésie au réel. Seybelane est une personne énigmatique. L'histoire de sa disparition est l'épicentre de cette narration tout en faisant d'elle le personnage principal de cette histoire. Qui est Seybelane ? Pourquoi revient-elle sans cesse dans les mémoires des personnages ? Pourquoi a-t-elle disparu ? À qui peut-on faire confiance ? Est-ce que la foi dans son existence est un fardeau ou une libération ? Que faire devant des flots de sentiments inavoués ?
Avis des lecteurs
5 étoiles 2
4 étoiles 1
3 étoiles 0
2 étoiles 0
1 étoiles 0
Moyenne des avis : (Pour laisser un avis, vous devez être connecté)

Un roman mystérieux, sombre et poétique qui a titillé mes profondeurs. La boue en ébullition, entre amour et désespoir pour atteindre des dimensions plus hautes ! je n'ai pu m'empêcher d'y percevoir de l'alchimie !

    Je l'ai dévoré de mes crocs affamés de lycanthropes. Sevré depuis un certain temps de tes écrits, j'attendais avec impatience de découvrir la tant désirée Seybelane.
    Je ne te cache pas que c'est avec envie que j'avais hâte de me replonger dans cette écriture si singulière. On est loin des écrits stéréotypés et aseptisés que l'on peut rencontrer aisément. Lire Gaël Caudoux est à chaque fois une épreuve de fond et non un sprint tant les méandres de ses pensées sont insaisissables. Nous pauvres lecteurs devons nous accrocher et avancer sans repère dans cette jungle de maux qui se mérite.
    Assez de s'astiquer avec des mots et revenons donc à l'essentiel: Seybelane et ses compagnons de route.
    J'ai vraiment aimé et j'ai bien compris les liens avec Sommeil néanmoins, je ne cache pas que la première lecture en incite une seconde pour percer tous les subtilités de ce délire maniaque de pensées névrotiques.
    Seybelane est-elle le fruit de l'imagination de ces pauvres fous ou existe-elle vraiment? Et si oui, pourquoi? J'avoue que j'ai des interrogations et je sais que son livre a été écrit comme les précédents en laissant divaguer l'esprit du lecteur dans une nébuleuse hallucinatoire mais la frontière entre le réel et la fantasmagorie a été difficile à cerner.
    J'ai été frustré car je me suis trouvé face à une schizophrénie nourrie de fantastique que je ne maîtrisais pas totalement. Une lecture supplémentaire ne sera pas de trop pour y voir plus clair.
    Une fois de plus, je constate que Gaël est davantage un poète qu'un écrivain. Attention, n'allez pas vous méprendre, je ne juge pas son talent d'écriture, c'est juste que subjectivement, je trouve que ses mots se conjuguent à la poésie noire, crue et froide de sentiments viscérales.
    En fait, je trouve que quoiqu'il écrive, il se dégage une poésie. Alors certes, on est bien plus proche de Lautréamont que de Jean de La Fontaine mais le noir c'est plus cool comme couleur!

      Je l'ai dévoré de mes crocs affamés de lycanthrope. Sevré depuis un certain temps de ses écrits, j'attendais avec impatience de découvrir la tant désirée Seybelane.
      Je ne cache pas que c'est avec envie que j'avais hâte de me replonger dans son écriture si singulière. On est loin des écrits stéréotypés et aseptisés que l'on peut rencontrer aisément. Le lire est à chaque fois une épreuve de fond et non un sprint tant les méandres de ses pensées sont insaisissables. Nous pauvres lecteurs devons nous accrocher et avancer sans repère dans cette jungle de maux qui se mérite.
      Assez de s'astiquer avec des mots et revenons donc à l'essentiel: Seybelane et ses compagnons de route.
      J'ai vraiment aimé et j'ai bien compris les liens avec Sommeil néanmoins, je ne cache pas que la première lecture en incite une seconde pour percer tous les subtilités de ce délire maniaque de pensées névrotiques. Seybelane est-elle le fruit de l'imagination de ces pauvres fous ou existe-elle vraiment? Et si oui, pourquoi? J'avoue que j'ai des interrogations et je sais que son livre a été écrit comme les précédents en laissant divaguer l'esprit du lecteur dans une nébuleuse hallucinatoire mais la frontière entre le réel et la fantasmagorie a été difficile à cerner.
      J'ai été frustré car je me suis trouvé face à une schizophrénie nourrie de fantastique que je ne maîtrisais pas totalement. Une lecture supplémentaire ne sera pas de trop pour y voir plus clair.
      Une fois de plus, je constate que Gaël est davantage un poète qu'un écrivain. Attention, ne vas pas se méprendre, je ne juge pas son talent d'écriture, c'est juste que subjectivement, je trouve que ses mots se conjuguent à la poésie noire, crue et froide de sentiments viscérales. En fait, je trouve que quoiqu'il écrive, il se dégage une poésie. Alors certes, on est bien plus proche de Lautréamont que de Jean de La Fontaine mais le noir c'est plus cool comme couleur!

        Donnez votre avis
        MILLE FOURMIS ET CENT LOUPS
        MILLE FOURMIS ET CENT LOUPS