James Earlywork

Si je chantais ma vie

Amateur de chansons françaises, l'auteur joue de cette affection pour tisser un canevas qui lui sert de support à la construction du récit de sa vie.

Plus de détails

46557

Reliures : Dos carré collé

Formats : 14,8x21 cm

Pages : 151

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782746624375

En achetant ce produit, vous pouvez collecter jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.


  • Papier
    12€02

12,02€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison
Livraison
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
* Champs requis

Autour de James Earlywork

Découvrir James Earlywork
A propos de l'auteur
Né à Aulnay sous bois, marié à Clichy sous bois, il a passé sa jeune enfance à Villemomble ; il y dissipera une partie de son adolescence, avant de la poursuivre et la partager entre Neuilly sur Marne et Gagny ; la plupart de ces lieux, tous situés dans le 9.3, évoquent faits divers tragiques et violence ; violence déjà très présente dans les années 60, bien que beaucoup moins médiatisée. C'est dans cette atmosphère qu'il se construira un personnage atypique afin d'occulter un manque de discernement affectif et d'esquiver la cellule familiale dominée par une mère colérique, violente et castratrice. Pendant de nombreuses années il considérera les hasards des rencontres ainsi que les mauvais coups du destin comme de simples aléas de l'existence. Il ne comprendra que tardivement la place indispensable qu'avait su obstinément conquérir celle qui l'accompagna pendant trente deux années avant de disparaître dans des conditions dramatiques ; il prendra alors conscience des désordres causés par son refus inconscient d'abandonner pendant toutes ces décennies un comportement d'adolescent, marqué à vie par les sixties.
Résumé
Amateur de chansons françaises, l'auteur joue de cette affection pour tisser un canevas qui lui sert de support à la construction du récit de sa vie. Avec comme seule pudeur la dérision et l'humour, souvent traité au second degré, il nous fait partager ici des moments constitutifs de son existence, certains amusants et/ou touchants et d'autres plus émouvants. Débutant à l'aube des années 60, les évènements exposés ici se sont déroulés sur plus de cinq décennies. Cette promenade dans son passé, proche ou plus lointain, reste toujours plaisante et, en traversant les différentes époques évoquées, chacun trouvera probablement matière à revivre ses propres péripéties. Aucun dénigrement des divers protagonistes de son parcours pour lesquels, à l'exception de sa propre mère, il propose une vision résolument tendre et affectueuse, mais sans concession pour lui-même dans une narration qui révèle des blessures qu'il n'a jamais réussi à cicatriser.
Vos avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis
Si je chantais ma vie
Si je chantais ma vie