MIREILLE BONNARDEL

FILLETTE

C’est la guerre. Elise la mère, est totalement démunie, seule affamée d’amour depuis toujours, insaisissable Pierrot elle traverse la guerre sans jama

Plus de détails

98766

Reliures : Dos carré collé

Formats : 11x17 cm

Pages : 104

Impression : Noir et blanc

N° ISBN : 9782955252222

Aucun point de fidélité pour ce produit.


  • Papier
    6€18

6,18€

- +

Ajouter à ma liste d'envies

Livraison dès 0.01 €
Livraison dès 0.01 €
Paiement sécurisé
Paiement sécurisé
Notre engagement
Notre engagement

Envoyer à un ami
FILLETTE
FILLETTE
C’est la guerre. Elise la mère, est totalement démunie, seule affamée d’amour depuis toujours, insaisissable Pierrot elle traverse la guerre sans jama

Autour de MIREILLE BONNARDEL

Découvrir MIREILLE BONNARDEL
Ses ouvrages
Résumé
C’est la guerre. Elise la mère, est totalement démunie, seule affamée d’amour depuis toujours, insaisissable Pierrot elle traverse la guerre sans jamais avoir les pieds bien accrochés dans le terreau glissant de sa destinée. Dans le désert de sa vie elle n’a pas de place pour Ondine, son bébé, qu’elle confie à la concubine du propriétaire de sa mansarde. Puis elle l’oublie, l’abandonne dans cette famille d’emprunt où Ondine est de passage sans statut officiel. Une menace latente plane sur les jeunes années de la Fillette qui, telle une funambule, essaie de marcher en équilibre sur le fil instable de son existence.



Avis des lecteurs
5 étoiles 0
4 étoiles 0
3 étoiles 1
2 étoiles 0
1 étoiles 0
Moyenne des avis : (Pour laisser un avis, vous devez être connecté)

Lors du changement de logiciel de TheBookEdition, les avis cités sur Fillette en 2010 et 2011 ont été effacés. Je me permets de les remettre.

Chantal – J’ai lu ton petit livre d’une traite. Il est passionnant, déchirant. Alors, il en aura fallu du temps pour faire sortir dans l’écriture ce nœud bien caché au fond des tripes, ce nœud de l’abandon... Ces deux mères qui n’en étaient pas, ce père adoptif qui ne l’était pas non plus... Quelle histoire ! Ce climat que tu crées est celui d’un thriller, et ce thriller est celui d’un vécu. Souvent je dis que ce qui n’appartient qu’à l’homme, c’est cette faculté de transformer la souffrance en œuvre. Alchimie quasi divine. Il faut plaindre ceux qui n’ont pas souffert.

Yolande - J'étais tellement captivée que j’ai lu Fillette jusqu'au bout. Je l'ai trouvé extrêmement fort et émouvant particulièrement dans l'approche pudique et sensible des sentiments contradictoires de la petite Ondine. Je suis très admirative de ton style alliant tendresse et poésie avec une justesse qui m'a profondément touchée.

Christiane - Je te crie bravo. Fillette est tout en retenue et m’a vraiment intéressée et émue. Merci

Françoise - Je suis très émue. Je me suis mise à lire ton livre ce matin et je ne pouvais pas m’arrêter. J’ai lu ça avec beaucoup d’émotion et j’ai trouvé ça formidable. Il y a des passages absolument magnifiques qui m’ont vraiment touchée.

Véronique - Salut maman, mon impatiente fillette ! Je l’ai lu d’une traite hier soir… Même si je connaissais l’histoire j’ai trouvé cela très agréable à lire. Bravo ! J’ai quelques questions à te poser sur certains personnages. Il faudrait peut-être songer à la suite...

Anne-Marie : Ton livre provoque de l’intérêt, de l'émotion et de l'admiration pour cette Fillette. Pour la forme, il est bien fait. La place du mot abandonné est très forte. Mères en miroir : ce titre évoque parfaitement la difficulté de la Fillette à se situer et de l'adulte plus tard à conceptualiser ces difficultés. J'ai aimé les espaces de respiration du personnage comme Coralie et sa famille, la famille Belloir. Les titres ont une importance. Ils entraînent les suivants. Comme : mes parents et marâtre suivi de ma maison à trois voiles. Ma maison a trois voiles entraîne La ritournelle et ce passage poétique et énigmatique d'Ecoutez la légende de Philomène et d'Echo son père. J'ai beaucoup aimé les poèmes du début et de la fin. Le mixage des points de vue de l’enfant et de l'adulte qui reconstitue son passé est bien mené. Le dessin de la première de couverture est évocateur de la question du livre : qu'est-ce qui se passe derrière ces visages qui entourent la Fillette et dans la Fillette elle-même.

Delphine : Tu vas être contente... J'ai lu ton livre ! C'est une expérience à la fois étonnante, parfois troublante, amusante aussi que de lire un bouquin écrit par sa maman. Surtout quand c'est sa propre histoire qu'elle raconte. J'y ai retrouvé des choses que tu nous avais racontées quand nous étions enfants avec Véro et puis j'ai eu quelques surprises aussi. Ton livre se lit facilement, je m'attendais à plus d'emphase et peut-être de pathos ! En fait ça va. Il est prévu pour quand le tome 2 ?! Merci pour cet écrit.

Marie-Claire – Ton livre m'a beaucoup émue. On ne reste pas insensible à la vie de cette petite fille qui est touchante. Je regrette seulement de ne pas l'avoir lu avec un crayon pour retenir certaines images. Félicitations.

Claude L - J'imaginais, en feuilletant le livre à sa réception, un certain nombre de petites nouvelles et ma surprise a été grande de voir au travers de ces récits une continuité et un crescendo vraiment très bon, émouvant et plein de véracité sur le fond et très riches et sobres en même temps sur la forme. Je me suis douté que certains détails s'inspiraient de faits vécus ou observés ce qui rendait le récit d'autant plus prenant. Bravo ! Dans l'attente d'une nouvelle parution.

Claude - J'ai été très touchée par ce récit, par la solitude de cette enfant qui n'a aucun adulte digne de ce nom auquel donner la main et qui arrive à grandir toute seule et à comprendre qu'une mère qui abandonne son enfant est une mère éprouvée. C’est avec l'âge qu'on devient la mère de sa mère avec tendresse, douceur et même reconnaissance ! Le dernier poème : Elise est d'une douceur immense. J'avais une amie d'enfance qui vient de mourir, adoptée à sa naissance par l'infirmière qui l'avait accouchée. Malgré une enfance auprès d'adultes bien structurés, j'ai retrouvé dans ton livre les questions, les souffrances qu'elle m'a dévoilées il y a peu de temps. Elle n'a jamais voulu d'enfant.

Marie-Rose - Quel superbe texte tu m’as donné à lire. J’en sors toute émue. L’écriture y est aérienne et puissante. Et puis c’est une façon de mieux te connaître à la fois intime et distanciée. Merci pour ce moment fort. Pour moi, ici, l’écriture est acte de vie. Un livre que je garde.

Ruth - J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et dans l’émotion votre récit d’une fillette. C’est un récit bouleversant, son écriture m’a touchée, même s’il y a pas mal de choses à dire, à commenter, à questionner. Vous m’avez fait confiance en me le donnant à lire. Sans complaisance, j’ai pris mon crayon comme je vous l’avais annoncé, et annoté pas mal de choses. Si vous voulez, je pense que le mieux serait que nous nous voyons un moment pour en discuter.

Dorothée - Troublant

Emma : En lisant Fillette j’ai pensé à Colette et Barbara à la fois. Lecture musicale et poétique mais aussi profonde tant la narration est intime.

Dany : Bouleversant

Eliane - Lu ton livre d un seul trait, un vrai "thriller". Où trouver cette force ? Ne serais-tu pas résiliente par hasard ???? C’est un livre qui intrigue tout le temps mais sans pathos, il est émouvant. On retrouve ton écriture un peu trop fouillée et perfectionniste peut-être ? Quel humour a cette petite fille !

    Donnez votre avis
    FILLETTE
    FILLETTE